Portrait de Vincent de Paul GOULEÏ TIEBLESSON fc

Vincent de Paul Gouleï crédit Fils de la Charité

Le père Jean-Michel Rapaud fc, supérieur de France des Fils de la Charité a rédigé ce portrait sur le père Vincent de Paul Gouleï fc avec les témoignages des uns et des autres.


« Depuis quelques années j’ai été motivé et attiré surtout par votre consécration à Jésus mais au milieu des travailleurs les plus pauvres des grandes cités urbaines. Issu de famille pauvre, j’ai partagé la condition des pauvres et dès mon jeune âge, j’ai toujours désiré me mettre également au service de Dieu et de mes frères à travers une vie entièrement consacrée à leur cause »


(Extrait de la lettre de demande d’entrée au noviciat, adressée au supérieur général des Fils de la Charité le 20 mai 1993)

Côte d’Ivoire

Vincent de Paul est né le 19 octobre 1967 à Bangolo, en Côte d’Ivoire (à 600 kms à l’ouest d’Abidjan). Il parlait souvent de sa région et en particulier de son village où il aimait se rendre pour mettre en valeur la terre de sa famille. Il a perdu son père alors qu’il avait 3 ans. Il a une sœur plus jeune que lui et des demi-sœurs.

Formation religieuse

Il a fait ses études de philosophie (postulat) et de théologie (scolasticat) en République du Congo à Brazzaville de 1994 à 1997, mais son noviciat à Abidjan en 1994. Il a eu comme formateur : Michel Gobin et Joseph Bouchaud au postulat, Jean-Jacques Bruneau au noviciat et Jacques Robbe au scolasticat. Il était un garçon studieux et brillant dans ses études, intelligent et capable d’analyser avec justesse les situations.

Vincent de Paul a prononcé ses premiers vœux religieux le 24 juillet 1994 à Abidjan puis fait profession perpétuelle le 27 juillet 1997 à Brazzaville. Il a été ordonné diacre en France, en l’église Saint Jean-Baptiste de Belleville lors des Journées Mondiales de la Jeunesse le 27 août 1997 puis prêtre le 12 juillet 1998 en la cathédrale d’Abidjan.

Début de ministère

Il a travaillé successivement à Pointe-Noire en République du Congo de 1997 à 2000 comme aumônier du port (en communauté avec Félix Roberto Cubola, David Mboloko et Gérard Simon). Là il a fait du bon travail, par exemple pour obtenir des aides pour des marins laissés en rade par leur armateur. Puis il a été nommé en Côte d’Ivoire à Abidjan dans l’équipe de Clouetcha de 2000 à 2002.

En France

Saint-Ouen

Vincent de Paul est arrivé en France en 2002 pour une année de recyclage puis il a rejoint l’équipe de Saint Ouen (en Seine Saint-Denis). Eric Récopé était son curé. Leur terrain missionnaire venait d’être étendu à toute la ville. Le changement de culture et de société a été compliqué pour Vincent de Paul. Mais petit à petit il s’est intelligemment adapté et est devenu un aumônier dynamique des adolescents et des jeunes de la paroisse. Il a suscité, accompagné et suivi des adultes pour encadrer les divers groupes de jeunes. Il a été aussi un appui précieux dans des périodes difficiles comme l’accueil et la prise en charge de familles d’origine malienne sans-papiers et sans-abris suite à l’effondrement du toit de leur immeuble squatté. Il a été un bon trait d’union et de conseil entre ces familles, la paroisse, la mairie et les associations pour arriver à une solution pérenne.

A cette époque il a participé à la naissance de la Communauté ivoirienne catholique de France (CICF), basée à Notre Dame de Clignancourt dans le 18ème arrondissement de Paris. « Il laisse beaucoup d’orphelins, il a été notre papa depuis 2002. » (Témoignage que j’ai recueilli auprès de membres de la CICF lors de la réunion du 4 janvier 2019 à Bezons)

En 2002, en Côte d’Ivoire la situation politique était complexe, des violences touchaient sa région natale; des membres de sa famille dont son beau-frère sont décédés durant cette période troublée, sa mère a dû se réfugier en brousse et n’a été retrouvée qu’après des semaines de recherches. Par conséquent, Vincent s’est pleinement engagé auprès de sa sœur et a veillé sur ses neveux.

Prêtre-ouvrier

A la demande de la congrégation au temps de sa formation puis au contact de prêtres-ouvriers dont Pierre Jourdanne qui avait été à Abidjan socius du noviciat, et aussi Roland Claverie et Pierre Chabrier à Saint Ouen, Vincent a senti grandir en lui l’appel à rejoindre le monde du travail. Avec Pierre Jourdanne il parlait de son projet de devenir infirmier et d’aller soigner les malades dans sa région natale. Et il admirait particulièrement Roland pour ses nombreux liens et son investissement de prêtre-ouvrier, dans le mouvement de la paix et les associations locales (PCF, CNL et autres).

Bezons

En rejoignant Michel Guérin à Bezons en 2010, il a fait la formation d’aide-soignant et est parti travailler à l’hôpital de Nanterre. Il a aimé soigné les personnes malades et fragiles accueillies dans cet hôpital. Il était un confrère reconnu pour ses qualités par ses pairs. Il espérait entrer en formation d’infirmier.

A l’église de Bezons, il venait à l’avance pour avoir le temps de saluer les paroissiens, chacun personnellement. Il y prêchait toutes les trois semaines. Il y avait fêté ses 20 ans de sacerdoce l’été dernier.

De tempérament joyeux, souvent serviable, dans la contrariété, Vincent pouvait être malcommode. Mais « à chaque retrouvailles avec lui, par exemple à l’assemblée générale française, il était très chaleureux et nous étions contents de nous retrouver… »

Dernières heures

Vincent de Paul devait se joindre à l’office de Vigile du 31 décembre organisée par la Communauté Ivoirienne Catholique de France en l’église Notre Dame de Clignancourt de 21h30 à 6h du matin. Ne le voyant pas venir, sa sœur et sa nièce se sont inquiétées et avec les autorités civiles ont trouvé son corps inanimé dans son appartement à Bezons, ayant succombé dans son sommeil et dans son lit, de mort naturelle selon le rapport du médecin légiste.

Nous confions notre frère le P. Vincent de Paul Gouleï Tieblesson à l’amour miséricordieux de Dieu. « Repose en paix et que le Seigneur t’accueille dans son royaume. La Communauté Ivoirienne Catholique de France ne t’oubliera jamais car tu as toujours eu des mots pour nous accompagner durant toutes ces années où tu as été notre aumônier. Merci Père pour ces beaux moments. » (Message de Joséphine Naka de la CICF )

Seigneur, reçois notre frère Vincent de Paul. Il a été ton serviteur au milieu des peuples qui lui étaient confiés. Par ses paroles et par ses actes il a apporté réconfort et force. Qu’il soit auprès de toi et avec le Père Anizan un intercesseur de nos prières dans la fidélité à ton amour.

Jean-Michel Rapaud, fc, responsable de France

19/10/1967 -31/12/2018

Télécharger son portrait en PDF 

Les obsèques de Vincent de Paul décédé dans la nuit du 30 au 31 décembre 2018 seront célébrées le mercredi 16 janvier 2019, à 11 heures en l’église Saint Martin de Bezons (73 rue Edouard Vaillant 95870). Son corps sera transféré ensuite en Côte d’Ivoire pour être inhumé à Bangolo.


JE LAISSE UN MESSAGE DE SYMPATHIE CI-DESSOUS

Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X