Cadavres en sursis par Philip Mechanicus

3 Jan 2024 | Livre coup de cœur | 0 commentaires

Auteur de l'article : Gérard Marle fc
Crédit photos : Notes De Nuit

Cadavres en sursis par Philip Mechanicus

Philip Mecanicus raconte la vie de dizaines de milliers de Juifs passés par Westerbork

Où as-tu vécu, Etty, pour avoir écrit des pages aussi fabuleuses ? Du 28 mai 1943 au 28 février 1944, jour après jour, Philip Mechanicus, journaliste de talent, raconte la vie de ces dizaines de milliers de Juifs qui sont passés par le camp de Westerbork (Hollande) avant d’être envoyés en Pologne. C’est alors qu’il côtoie Etty Hillesum qui l’admirait. Il arrive que Philip lui lise ce qu’il consigne dans son cahier ; certains de ses passages font écho aux lignes qu’elle a elle-même laissées.

Dans le camp de Westerbork seront regroupés la plupart des réfugiés des Pays-Bas

Westerbork est le nom d’une petite localité située dans le nord-est des Pays- Bas. Ce sont les autorités néerlandaises qui ont décidé de construire ce camp sur des terres sablonneuses incultes, au milieu de landes peu hospitalières, pour faire face à l’afflux de Juifs fuyant l’Allemagne et l’Autriche ; elles leur promettent des baraques en bois avec chauffage et sanitaires de qualité, un hôpital, une synagogue, des écoles ; dès octobre 1939, les premières personnes s’installent. Quand l’Allemagne envahit les Pays-Bas le 10 mai 1940, le camp compte 750 résidents. Au fil des mois, on va y regrouper la plupart des réfugiés du pays. A partir d’octobre 1942, c’est un officier SS qui dicte sa loi, barbelés et tours de guet délimitent les lieux. Il va déléguer à des Juifs allemands et autrichiens qui occupent des postes privilégiés le soin de gérer l’afflux des nouveaux arrivants, pour l’essentiel des Juifs hollandais raflés qui ne tarderont pas à être désignés pour monter dans les trains à destination d’Auschwitz. Tout est ordonné pour donner l’impression d’une ville normale, avec des ateliers en nombre, crèches, ensemble de jazz, écoles et surtout un hôpital de pointe qui a compté à un moment 1 725 lits et 120 médecins et chirurgiens ; l’insondable absurdité de Westerbork, machine destinée à envoyer les gens à la mort alors qu’il y avait là un système hospitalier performant.

Par moments le camp regroupait plus de 10 000 détenus

Environ 107 000 personnes sont passées par cette ville concentrationnaire ; seules 5 000 ont survécu. Par moments le camp regroupait plus de 10 000 détenus ; une population pour le moins hétéroclite : pieux et athées, des moines
et moniales portant l’étoile jaune, des sionistes, des assimilés et des résistants, des artisans, des paysans, des intellectuels et des artistes, des gens très âgés et des nourrissons.

Philip Mechanicus nous a laissé le témoignage le mieux écrit sur le quotidien à Westerbork

Selon Daniel Cumin, son traducteur, Philip Mechanicus nous a sans doute laissé le témoignage le plus captivant et le mieux écrit sur le quotidien à Westerbork. « Il croque sans concession ou au contraire avec mansuétude bien des personnages qui s’attardent dans son voisinage. Par moment la lucidité qui l’habite nous fait presque froid dans le dos ». Ce qui écœure, c’est la puanteur tant dehors que dans les baraquements, ce sont les puces, la boue dès lors qu’il pleut, les salles surpeuplées et bruyantes, les lits encombrés de bagages, les chefs de baraques, la promiscuité. Les tensions entre les Juifs allemands et les Juifs hollandais ne lui échappent pas. Quelques consolations tout de même, les avions alliés partant bombarder l’ennemi, des retrouvailles d’amis, les envoûtants couchers de soleil sur la lande, l’espoir que tout cela va finir bientôt. Il y a ces pages dramatiques qui décrivent le départ de mille ou de trois mille détenus dans des wagons à bestiaux, ce « serpent galeux ». Il sera déporté et fusillé à Auschwitz.

Comment me serais-je comporté ?

J’ai aimé prendre le temps de lire cet homme qui se considérait comme « un reporter accrédité aux fins de rendre compte d’un naufrage ». Avec cette question lancinante : si j’avais moi-même été déporté, comment me serais-je comporté ?

Gérard Marle fc

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hommage au père Pierre Naert 05/01/1936 – 9/5/2024

Pierre Naert a œuvré dans les diocèses de Tours, Évry Corbeil Essonnes, Pointe Noire ( Congo), Agen, Rouen, Marseille, La Rochelle, Pontoise, Tarbes et Lourdes

Décès du père Pierre Naert fc le 9 mai 2024

P. Pierre Naert fc est décédé le 9 mai 2024 à Issy-les-Moulineaux, en la fête de l’Ascension du Seigneur. Ses funérailles seront le 16 mai.

Les dates de la pièce de théâtre “Charité Point Comme”

13 jeunes de Saint-Ouen (93) jouent la pièce de théâtre “Charité Point Comme” à Saint-Ouen, Issigeac, Verdun, Argenteuil, Artenay.

Il y avait un jardin par mesdames Choplin, Ducrocq, Nobecourt

Marie-Laure Choplin, Anne Ducrocq et Laurence Nobécourt nous donnent leurs regards du jeudi saint au dimanche de de la Résurrection.

Sur la montagne par Adrien Candiard o.p.

Adrien Candiard o.p. explique que donner sa vie n’est pas une option. Mais, précise-t-il, le premier à tout donner, gratuitement, n’est-il pas Dieu lui-même ?

Se laisser étonner par l’Ancien Testament par Alain Patin

Alain Papin a retenu Jonas, Abraham, Moïse et Élie. Dieu se donne à voir dans des histoires tourmentées. Sans doute en est-il de même pour nous.

10 conseils pour vivre le carême

Michel Retailleau fc nous rappelle que le temps du Carême se vit le concret avec un brin d’humour du Cardinal belge Godfried Daneels

Des femmes contre Pinochet par Samuel Laurent Xu

Samuel Laurent Xu nous introduit au cœur des quartiers populaires du Chili et d’une Eglise catholique fracturée

En route pour le Chapitre général du 23 juin au 14 juillet 2024

Le 23 juin 2024 s’ouvrira pour 3 semaines, le XIXème Chapitre général des Fils de la Charité, à Issy-les-Moulineaux, avec 17 capitulants élus.

Le pansement Schubert par Claire Oppert

Concertiste, enseignante, Claire Oppert se forme à l’art-thérapie. Elle joue pour les personnes en fin de vie, les malades douloureux, les autistes.

Share This