B’ABBA sur le thème « Réussir sa vie »

Café et heureux les artisans de paix

B’ABBA sur le thème « Réussir sa vie »

L’initiative B’ABBA permet de se retrouver entre adultes, autour d’un petit déjeuner (ou d’un goûter), pour partager son expérience sur un thème donné. Jacques Brelaud, paroissien, raconte le deuxième petit déjeuner qui a eu lieu à la paroisse Saint-Jean de Bourges.

Huit petits-déjeuners

Ni un programme ni un parcours, le B’ABBA propose huit petits-déjeuners autour de questions liées à l’existence :

  • Avis de recherche
    B'ABBA logo

    © B’ABBA

  • Réussir sa vie
  • Se marier, ça change quoi ?
  • Croire en la vie malgré tout
  • Pourquoi la souffrance ?
  • Être parents, une galère, une passion
  • Les autres ont besoin de moi
  • Jésus Christ, pourquoi Lui ?

Cette démarche propose une annonce gratuite qui renonce à tout dire : un commencement qui fonde, qui inaugure…

Le B’ABBA est destiné à toute personne en recherche, intéressée par la question de la foi et désireuse de découvrir ce que croient les chrétiens, ainsi qu’à des futurs catéchumènes.

Cette formule, originaire du diocèse de Poitiers, fuit les réponses toutes faites et représente une manière originale de proposer la foi aujourd’hui. La richesse de ce temps d’échange est son incroyable souplesse.

Une clochette et des invités

Nous avons vécu un petit déjeuner, riche en enseignement, à la Paroisse Saint-Jean à Bourges, le 6 février 2016.

Ce jour-là il s’agissait de se poser à une table en tant qu’invité, d’échanger et de se laisser servir. En effet, lors de ces rencontres B’ABBA, l’accueil des invités est primordial pour instaurer un climat de confiance entre les invités.

Le travail de préparation en amont, réalisé par l’équipe pilote, permet à la rencontre de se dérouler simplement et parfaitement. Au rythme d’une clochette qui marque la fin de chaque temps de partage et de réflexion, le service du petit-déjeuner était à peine perceptible.

B’ABBA sur le thème « Réussir sa vie »

  • Nous sommes tous en recherche de réussite et de bonheur. Mais est-ce la même réalité ?
  • Dès l’Ancien Testament, dans le projet créateur de Dieu, la réussite de l’homme fait la joie de Dieu. Non, Dieu n’est pas jaloux des réussites humaines. Au contraire «Dieu vit que cela était bon»
  • Pour les chrétiens Jésus est la réussite parfaite de Dieu, le «bonheur fait chair». Pourtant le paradoxe est fort : il meurt sur la croix en ayant apparemment tout raté. Pourquoi dit-il : «j’ai soif !» et «tout est accompli»?
  • «…Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout». Finalement, réussir à tout prix… ou réussir à aimer ? Vie réussie… ou humanité accomplie?

Jacques Brelaud, EAP Paroisse Saint Jean

Voir aussi

Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X