Inauguration du chapelet des réfugiés à La Courneuve le 24 mars 2017 Actualités

Inauguration du “chapelet des réfugiés” d’Anthony Russel à La Courneuve (93)


Inauguration du “chapelet des réfugiés”

d’Anthony Russel à La Courneuve (93)

L’artiste peintre Anthony Russel a réalisé un chapelet en mémoire des réfugiés. Il l’a présenté aux amis et paroissiens de Saint-Lucien, à Régis Tillet fc et Gérard Marle fc (curé  de La Courneuve) et à Mgr Pascal Delannoy (Evêque du Diocèse de Saint-Denis), le 24 mars 2017.

Intervention d’Anthony Russel
lors de l’inauguration de l’oeuvre en l’église Saint-Lucien

“Avant d’exprimer mes remerciements pour votre présence collective et de saluer quelques personnes et personnalités présentes, je souhaite avoir une pensée profonde pour les réfugiés en général quels que soient leurs origines et leurs points géographiques de départ, quelles que soient les causes, ainsi que les raisons qui les poussent à venir trouver refuge dans des pays d’opulence comme la France.
Une pensée profonde surtout pour ceux qui n’arrivent pas au bout du-voyage qu’ils ont entrepris afin d’échapper au pire.

C’est ce voyage interrompu qui avait pour destination un avenir et une vie meilleurs qui est symbolisé par cette création, ce très fragile “chapelet des réfugiés ” composé de boules de chaluts, cordages marins et brindilles de bois…

Inauguration du chapelet des réfugiés à La Courneuve le 24 mars 2017

© Anthony Russel

Place et du rôle de l’artiste dans la société

Merci donc à tous pour votre présence; je commencerai mon intervention par la notion de la place et du rôle de l’artiste dans la société.
“L’artiste a le devoir de ne pas gaspiller son talent, mais de le mettre au service du prochain et de toute l’humanité”; je vous ferai connaître à la fin de mon intervention qui est l’auteur de cette phrase. Cette vision du rôle de l’artiste dans la société a toujours été la mienne, je pense aussi que les artistes rendent surtout “un service social qualifié” au profit du bien commun et en direction d’une société plus équilibrée et sereine en terme de vie quotidienne. L’art visuel offre une belle vision, une compréhension du monde; par l’interpellation, l’artiste suscite des interrogations et des prises de conscience, l’art sonore procure des sensations, l’art de l’écrit génère tant de choses aux lecteurs, bref , de la culture au divertissement, l’artiste donne sens à la vie de tous les jours.

Un artiste conscient de la vie en société sait qu’il doit travailler sans se laisse dominer par la recherche d’une vaine gloire ou par la frénésie d’une espèce de popularité facile, et encore moins par le calcul d’un possible profit personnel, en dehors du fait qu’il doit pouvoir gagner sa vie correctement, ce qui n’est pas tous les jours faciles. Cette création que nous inaugurons ce soir est une illustration de cette philosophie.

Inauguration du chapelet des réfugiés à La Courneuve le 24 mars 2017

© Jean-Michel Rapaud

L’inspiration de ce chapelet

C’est cet état d’esprit qui m’a poussé à réaliser ce chapelet, dont l’inspiration concrète remonte à l’été dernier. Je me trouvais en Normandie au moment de l’assassinat du père Jacques Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray; passé le choc immédiat de l’acte innommable, je me retrouve invité a une fête de la mer, à Trouville, sur un bateau de pêche où un prêtre a rendu un hommage aux marins pêcheurs disparus en mer; cérémonie particulièrement émouvante, j’ai alors pensé à tous ces pauvres gens qui partent et meurent en mer. J’ai décidé de leur rendre hommage à ma façon. Un hommage d’interpellation visuelle qui est devant vous.

Inauguration du chapelet des réfugiés à La Courneuve le 24 mars 2017

© Jean-Michel Rapaud

“Le pourquoi” des causes qui les amène à fuir

Les survivants, ces réfugiés-naufragés, méritent de notre part plus que des pensées, un questionnement très large à commencer par les notions de partage et d’accueil, mais surtout en amont de ces principes forts… un questionnement sur “le pourquoi” des causes qui les amène à fuir les guerres, la misère, pour d’autres le climat. Quelle est notre responsabilité, individuelle et/ou collective? A l’inverse, si on ne se sent aucune responsabilité concernant la situation des réfugiés, alors que pouvons-nous faire? Les prières suffisent-elles! Les réponses seront sans doute oui pour les uns et non pour les autres!

Sujet de réflexion qui dépasse largement et de loin le cadre religieux, aussi je ne parlerai pas des très fortes responsabilités politiques concernant les causes de cette situation globale, que ce soit à l’échelle de notre pays, au niveau européen ou mondial. D’autres lieux et moments sont plus appropriés pour cela. Un mot quand même du petit geste consenti par l’état français concernant la récente signature à l’Elysée d’un protocole d’accueil de 500 Syriens étalé sur 18 mois.

Inauguration du chapelet des réfugiés à La Courneuve le 24 mars 2017

© Jean-Michel Rapaud

Une place de choix

Si ce chapelet était jeté à la mer, il flotterait, mais pourrait-il sauver des vies humaines? J’en doute, par contre, peut-être fera-t-il réfléchir et bouger les consciences… Je suis heureux qu’il trouve sa place dans cette église Saint-Lucien, plus vieil édifice de notre belle ville de La Courneuve, puisqu’elle date du XIIème siècle, avant de faire le voyage aller-retour à la Cathédrale-Basilique de Saint- Denis où il va être exposé.

Gérard Marle fc a tout de suite été réceptif à l’idée et bien sûr à ce quelle représente; je l’en remercie profondément à titre personnel et au nom des valeurs humaines fondamentales que nous partageons…

Faire de sa vie un chef d’oeuvre

Enfin… je dois vous dire que la phrase “l’artiste a le devoir de ne pas gaspiller son talent mais de le mettre au service du prochain et de toute l’humanité” est de Jean-Paul II, phrase tirée d’une longue et belle lettre qu’il avait adressée aux artistes en 1999, et qui m’avait marqué à l’époque; le principe de “service social qualifié” concernant les activités artistiques a aussi été mis en avant à cette occasion.

Pour terminer, il dira aussi dans cette lettre, “que si tous les humains ne sont pas appelés à être artistes au sens spécifique du terme, toutefois selon l’expression de la genèse, la tâche d’être artisan de sa propre vie est confiée à tout homme: en un certain sens, il doit en faire une œuvre d’art, un chef d’oeuvre.”

C’est ce que je vous souhaite à tous, merci à vous.

Anthony Russel, artiste peintre

Voir aussi

Commentaires


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *