Un nouveau concile qui ne dit pas son nom ? par Christoph Theobald sj

6 Nov 2023 | Livre coup de cœur | 0 commentaires

Auteur de l'article : Gérard Marle fc
Crédit photos : Salvator

Un nouveau concile qui ne dit pas son nom ? par Christoph Theobald sj

Christoph Theobald sj par son livre aide à lire le rapport de synthèse du synode de la synodalité

Depuis la parution de son livre en septembre 2023, Christoph Theobald, théologien jésuite, a participé au synode de la synodalité qui s’est tenu du 4 au 29 octobre 2023 sur le thème « Pour une Église synodale. Communion, participation, mission ». La lecture du rapport de synthèse sera plus aisée si nous avons pu lire ce livre qui en décrit toute la genèse, depuis sa convocation par le pape François en 2021 jusqu’à la veille de la session ; Christoph Theobald aide à comprendre l’enchaînement des consultations locales, nationales, continentales qui ont préparé l’Assemblée synodale, consultations auxquelles chaque chrétien pouvait participer au seul titre de son baptême. Il y eut un dialogue sans précédent dans l’histoire de l’Église, c’est « une première fois » dans l’histoire du monde.

Participation de l’ensemble du peuple de Dieu de par son baptême

La synodalité ? C’est le « chemin que Dieu attend de l’Église au troisième millénaire. » Il s’agit d’un « processus que le pape François a voulu mettre en route, et le propre d’un processus est de rester inachevé ». La synodalité est pour François une dimension constitutive de l’Église, au même titre que la primauté du pape, la collégialité qui concerne les évêques. Voici le temps de la synodalité, à savoir de participation de l’ensemble du peuple de Dieu de par la grâce commune du baptême, c’est ainsi que commence le rapport de synthèse.

Ensemble lire les Écritures et célébrer l’Eucharistie

Dans ce livre, Christoph Theobald insiste, comme le fera l’assemblée du synode, sur l’importance de « lire ensemble les Écritures » et le fait de célébrer ensemble l’Eucharistie : « En nous appelant à participer à son Corps et à son Sang, le Seigneur fait de nous un seul corps entre nous et avec lui. » Ainsi commence-t-on en Église.

“La conversion est l’enjeu de la conversation”

Si tous les participants à l’élaboration du synode pouvaient se retrouver d’accord sur un même constat, à savoir « la carence dramatique en ministres ordonnés, la position de la femme dans la société et dans l’Église, la participation des laïcs à quelques responsabilités ministérielles, la sexualité, l’espérance œcuménique », le consensus de tous n’était pas acquis ; chaque continent venait avec ses approches propres et ses craintes, tous n’étaient pas disposés à se mettre à l’écoute de ce que la société civile peut dire à l’Église, comme il en fut par exemple du rapport Sauvé sur les abus sexuels. Il y eut de longs temps d’échange, des moments de tension, mais toujours chacun a commencé par écouter l’autre sans rien en dire, laissant les réactions des uns et des autres au deuxième tour ; un troisième tour de table ouvrait le débat sur des propositions. C’est ce que le synode a appelé la conversation dans l’Esprit : « La conversation dans l’Esprit est un outil qui, même avec ses limites, est fécond pour permettre une écoute authentique et discerner ce que l’Esprit dit aux Églises. Sa pratique a suscité joie, étonnement et gratitude et a été vécue comme un chemin de renouveau qui transforme les individus, les groupes et l’Église. Le mot « conversation » exprime quelque chose de plus qu’un simple dialogue : il entrelace harmonieusement la pensée et le sentiment et génère un monde vivant partagé. La conversion est l’enjeu de la conversation. »

Les questions concrètes étaient abordées en trois temps, les convergences, les points de désaccord, l’élaboration des propositions à débattre. Plus de deux cent cinquante amendements tous discutés.

L’Église a en elle le potentiel de se réformer

Christoph Theobald affiche un franc optimisme. Nous sommes une Église de disciples, c’est-à-dire, au sens littéral, une Église d’apprenants. Nous sommes au début de changements considérables. L’Église a en elle le potentiel de se réformer. « Le matin vient ».

Gérard Marle fc

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prières et cris d’en bas par Marie-Noëlle Nachard

Maryvonne Caillaux a reçu ces prières de Marie-Noëlle Nachard, une vie toute tissée de misère et de souffrances, d’abandon et de trahison.

Révélé aux tout-petits par Frédéric-Marie Le Méhauté

Frédéric-Marie Le Méhauté pense que si notre foi et notre espérance s’épuisent, c’est parce que nous ne savons plus entendre les plus pauvres

Vivre avec l’irréparé par Isabelle Le Bourgeois

Isabelle Le Bourgeois : visiteuse de prison, psychanalyste et religieuse, croit d’expérience que nous avons tous en nous une force de vie

Dernière représentation de Théâtre “Charité Point Comme”

13 jeunes de Saint-Ouen triompheront au théâtre, de 3 ans de travail le 22 juin 2024 lors du dernier lever de rideau de “Charité Point Comme”

Espionner, mentir, détruire par Martin Untersinger

Martin Untersinger enquête sur le cyberespace qui est aujourd’hui le lieu d’une guerre mondiale silencieuse et incessante.

Hommage au père Pierre Naert 05/01/1936 – 9/5/2024

Pierre Naert a œuvré dans les diocèses de Tours, Évry Corbeil Essonnes, Pointe Noire ( Congo), Agen, Rouen, Marseille, La Rochelle, Pontoise, Tarbes et Lourdes

Décès du père Pierre Naert fc le 9 mai 2024

P. Pierre Naert fc est décédé le 9 mai 2024 à Issy-les-Moulineaux, en la fête de l’Ascension du Seigneur. Ses funérailles seront le 16 mai.

Petit frère par Isabelle Coutant et Yvon Atonga

Ce témoignage d’Isabelle Coutant nous invite au cœur même du récit familial de migrants originaire du Congo-Brazzaville vivant en Cités.

Les dates de la pièce de théâtre “Charité Point Comme”

13 jeunes de Saint-Ouen (93) jouent la pièce de théâtre “Charité Point Comme” à Saint-Ouen, Issigeac, Verdun, Argenteuil, Artenay.

Les ingénieurs du chaos par Giuliano da Empoli

Après Vladimir Poutine, Giuliano da Empoli nous parle du monde de Donald Trump qui a su utiliser les réseaux sociaux à des fins politiques.

Share This