“Le siècle des égarés” par Julia de Funès

28 Juin 2023 | Livre coup de cœur | 0 commentaires

Auteur de l'article : Eric Récopé fc
Crédit photos : Editions de L’Observatoire

Le siècle des égarés par Julia de Funès

La branche traditionaliste catholique revendiquait plus de 15 000 pèlerins au pèlerinage de Chartres à la Pentecôte 2023, fière de revendiquer et d’afficher son identité catholique par le nombre de drapeaux, d’oriflammes, d’uniformes, de soutanes-surplis avec dentelles de préférence, avec camails, barrettes, bures et autres ornements chamarrés du passé.

Une recherche identitaire dans l’air du temps

Cette recherche identitaire est tout à fait dans l’air du temps. Se multiplient les requêtes entre communautarisme et revendications identitaires tant au niveau social que du développement personnel – la ”narcissisation” du moi sur les réseaux sociaux. Le militantisme a, lui aussi, pris une tournure identitaire. Aujourd’hui la classe sociale s’efface au profit de la reconnaissance identitaire. C’est la victoire de l’individu et la compulsion identitaire, le respect des ”fiertés” et des singularités.

L’individualisme généré par l’effondrement graduel des autorités mène directement à l’effervescence identitaire. Si l’individu se retrouve seul face à lui-même, sans autorité transcendante, son identité même se trouve fragilisée. Nous assistons à la démultiplication de luttes, que ce soit sur le plan culturel, sexuel, professionnel, politique, ethnique, religieux, la liste des revendications ne cesse de s’allonger et la ferveur identitaire de se renforcer. Le ”il faut” de la morale traditionnelle a cédé la place à l’injonction ”respecte ce que je suis.”

Pour Julia de Funès, il s’agit de conjuguer à la fois notre liberté et la sécurité 

A partir de ce constat, l’autrice reprend les différentes facettes qui surgissent quand on parle d’identité, elle démonte une à une les fausses pistes qui mènent à ce climat de dénonciations, d’affrontements qui embrouille tout débat. Pour elle, il s’agit de conjuguer à la fois notre liberté (ne pas être en proie à des volontés extérieures) et la sécurité (la facilité du chemin balisé par des rôles comportementaux préfabriqués). La tentation, au cœur de chacun, est de fuir sa liberté et de se constituer en zombie d’un modèle préfabriqué, ce qui est plus facile que de se créer soi-même. Choisir le repli identitaire évite l’angoisse d’une existence
authentiquement assumée et d’une liberté sans balise. C’est un faux chemin, une impasse : nous devenons alors la proie de volontés étrangères, de normes comportementales et idéologiques qui nous éloignent de nous-mêmes. C’est une exigence piégée, fléchée, celle du chien et non du loup de La Fontaine dans ses fables.

Pourquoi ce repli dans une ”réserve protégée” pour croyants ?

Ce livre de Julia de Funès nous alerte sur le danger de repli et de contraction dans notre société, et ainsi sur cette recherche identitaire exacerbée d’une partie du clergé et des catholiques français. Aurait-on peur de la liberté au point de ne plus être que des autruches dans une société où l’on a perdu pied ? Pourquoi ce repli dans une ”réserve protégée” pour croyants ?
Et pourtant n’y-a-t-il pas meilleur maître que Jésus de Nazareth pour nous conduire sur les chemins de liberté, comme il l’a si bien fait pour ses disciples ? Lui se présente comme ”Serviteur”, le Chemin, la Vérité et la Vie. Il n’oblige pas, ne condamne pas, il nous engage à marcher sur le chemin, à nous risquer avec lui par choix ; non pour nous endoctriner mais pour nous faire faire l’expérience d’une véritable liberté face à la rencontre de l’autre, des autres sans exclusion, et aussi du Dieu-Emmanuel (Avec moi).

Tout ceci pour nous rendre libres face à nous-mêmes, à notre environnement social et
religieux, à notre société. Libres pour mieux aimer.
A condition de garder l’axe du don et de la croix !

Eric Recopé, fc

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prières et cris d’en bas par Marie-Noëlle Nachard

Maryvonne Caillaux a reçu ces prières de Marie-Noëlle Nachard, une vie toute tissée de misère et de souffrances, d’abandon et de trahison.

Révélé aux tout-petits par Frédéric-Marie Le Méhauté

Frédéric-Marie Le Méhauté pense que si notre foi et notre espérance s’épuisent, c’est parce que nous ne savons plus entendre les plus pauvres

Vivre avec l’irréparé par Isabelle Le Bourgeois

Isabelle Le Bourgeois : visiteuse de prison, psychanalyste et religieuse, croit d’expérience que nous avons tous en nous une force de vie

Dernière représentation de Théâtre “Charité Point Comme”

13 jeunes de Saint-Ouen triompheront au théâtre, de 3 ans de travail le 22 juin 2024 lors du dernier lever de rideau de “Charité Point Comme”

Espionner, mentir, détruire par Martin Untersinger

Martin Untersinger enquête sur le cyberespace qui est aujourd’hui le lieu d’une guerre mondiale silencieuse et incessante.

Hommage au père Pierre Naert 05/01/1936 – 9/5/2024

Pierre Naert a œuvré dans les diocèses de Tours, Évry Corbeil Essonnes, Pointe Noire ( Congo), Agen, Rouen, Marseille, La Rochelle, Pontoise, Tarbes et Lourdes

Décès du père Pierre Naert fc le 9 mai 2024

P. Pierre Naert fc est décédé le 9 mai 2024 à Issy-les-Moulineaux, en la fête de l’Ascension du Seigneur. Ses funérailles seront le 16 mai.

Petit frère par Isabelle Coutant et Yvon Atonga

Ce témoignage d’Isabelle Coutant nous invite au cœur même du récit familial de migrants originaire du Congo-Brazzaville vivant en Cités.

Les dates de la pièce de théâtre “Charité Point Comme”

13 jeunes de Saint-Ouen (93) jouent la pièce de théâtre “Charité Point Comme” à Saint-Ouen, Issigeac, Verdun, Argenteuil, Artenay.

Les ingénieurs du chaos par Giuliano da Empoli

Après Vladimir Poutine, Giuliano da Empoli nous parle du monde de Donald Trump qui a su utiliser les réseaux sociaux à des fins politiques.

Share This