Charles de Foucauld, le frère inachevé par Margarita Saldaña

1 Déc 2022 | Livre coup de cœur | 0 commentaires

Auteur de l'article : Gérard Marle fc
Crédit photos : Edition Sal Terrae

Charles de Foucauld, le frère inachevé par Margarita Saldaña

“El Hermano inacabado, Carlos de Foucauld

Charles de Foucauld est-il ce « petit frère universel » idéalisé que nous croyons connaître
ou le « frère inachevé » tel que l’annonce le titre même du livre de Margarita Saldaña Mostajo ? Inachevé, c’est-à-dire en chemin ; la sainteté serait donc un processus plutôt qu’un produit fini et inaccessible pour le commun des mortels.

Margarita Saldaña Mostajo appartient à la famille spirituelle de Charles de Foucauld, et
même à sa première mouture. Dans ce livre, non encore traduit, elle revient sur l’itinéraire de Charles de Foucauld, vie de jeune orphelin adopté par des grands-parents très attentionnés ; formation d’officier qui le conduit en Algérie puis en exploration au Maroc ; conversion en l’église Saint Augustin (Paris) et son passage à l’abbaye Notre Dame des Neiges située en Ardèche ; présence chez les Clarisses de Nazareth ; temps à Beni-Abbès et pour finir à l’ermitage de l’Assekrem au sud de l’Algérie dans les montagnes du Hoggar. À chaque étape correspond une « exploration » nouvelle, un autre type d’activités, une approche plus affinée de son chemin spirituel.

Charles de Foucauld se réapproprie la foi chrétienne

Né dans un catholicisme fervent, l’adolescent a tout rejeté pour mener une vie d’enfant prodigue, qu’il trouva vite ennuyeuse. La rencontre avec l’abbé Huvelin a levé quelques
obstacles de compréhension de la foi chrétienne, et l’immense respect que Charles de Foucauld a trouvé dans sa famille où il ne s’est jamais senti jugé lui ont permis de se réapproprier la foi chrétienne encombrée mais jamais oubliée. L’abbaye qui l’a accueilli quelques années lui offrit des livres et aussi une communauté, un style de vie fait de travail, de prière et de vie communautaire ; Charles de Foucauld s’y préparera à la prêtrise.

« Une seule chose est nécessaire, faire la volonté de Dieu. »

Charles voulait imiter le Jésus de Nazareth tel qu’on l’imaginait en ces temps-là, vie « cachée » faite de grande pauvreté, de cette abjection qui est réservée à la toute dernière place. Mais ce toujours « plus » bas n’était-il pas en fait une recherche de lui-même ? Or Jésus et sa famille ont plutôt mené une vie « ordinaire », ont partagé la condition des gens du village sans autre excès. Charles de Foucauld se libéra de cette préoccupation de lui-même pour désormais se remettre devant la seule question qui comptait : que veut-Il de moi ? C’est à Sa volonté que je dois me rendre. « Une seule chose est nécessaire, faire la volonté de Dieu. » Même sans voir trop clair, il savait décider.

Une réelle évolution au fil de ses écrits

Les nombreuses lettres que Charles de Foucauld a laissées montrent une réelle évolution. Lui qui donnait beaucoup de temps à la prière et l’adoration devant le tabernacle dut consacrer plus de temps à accueillir des visiteurs toujours plus nombreux : « faire le bien d’abord » écrivait-il. L’immense travail accompli pour traduire la langue des Touaregs aura réduit ses horaires consacrés à la prière et au travail manuel auxquels il tenait tant. Sa pratique de l’hospitalité elle-même s’est déplacée, passant de l’accueil chez lui à la visite chez eux, et de ceux qui étaient des voisins à ceux qui étaient les plus loin et qui ne voyaient personne. Il est passé du service rendu à l’acceptation d’être aidé en retour, du travail de pionnier à la volonté de mêler d’autres personnes et notamment sa famille à sa mission, faute d’avoir pu entraîner avec lui des disciples.

Il avait encore du chemin à faire, ajoute argarita Saldaña Mostajo ; ainsi, s’il a racheté un jeune esclave, s’il a tissé de forts liens d’amitié avec quelques Touaregs, s’il accueillait tous ceux qui se présentaient, justifiant sa réputation de « frère universel », il partageait la notion d’une colonisation qui apporte la civilisation et ferme les yeux sur le mépris et l’oppression.

Nous avons les mêmes défis et les mêmes ressources spirituelles, nous avons à mettre en
œuvre ce qu’il appelait « la pastorale de la bonté ».

Gérard Marle fc

  • El hermano inacabado, Margarita Saldaña MostajoEdition, Sal Terrae, 2022 – non encore traduit

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résultats des élections : composition du Conseil général 2024

Lors du Chapitre général 2024 les Capitulants ont élu le nouveau Conseil général : le Supérieur, le Vicaire et les deux Assistants généraux.

Partie 1 du Chapitre général du 23 juin au 2 juillet 2024

Durant 10 jours les séances du Chapitre général sont consacrés au bilan du mandat 2018-2024 puis aux élections du nouveau Conseil général.

Fête des 50 ans de sacerdoce de Jean Guellerin le 22 juin 2024

Jean Guellerin rend grâce à Dieu de l’avoir guidé dans l’évangélisation des familles ouvrières, il a été fortement heureux là où il a servi.

Invitation à la “Saison Anizan” à Clichy le 28 septembre 2024

Invitation à la "Saison Anizan" à Clichy le 28 septembre 2024 La Famille Spirituelle Anizan vous invite à Clichy le 28 septembre pour vivre la deuxième "Saison Automne Anizan" autour d'un film et de la BD sur le père Jean Émile Anizan. Pour rappel, l'année 2024 avait...

La Courneuve Plage, au cœur de la ville

Avec les Jeux olympiques, les animations sportives seront démultipliées, mais pour autant sans que La Courneuve plage perde son âme.

Prières et cris d’en bas par Marie-Noëlle Nachard

Maryvonne Caillaux a reçu ces prières de Marie-Noëlle Nachard, une vie toute tissée de misère et de souffrances, d’abandon et de trahison.

Valenciennes en fête pour les 50 ans d’ordination de René Lelièvre

René Lelièvre a fait une promesse il y a 50 ans “qu’on se dit facile quand on a 28 ans mais qui ne tient que si nous ne sommes pas seul”.

Révélé aux tout-petits par Frédéric-Marie Le Méhauté

Frédéric-Marie Le Méhauté pense que si notre foi et notre espérance s’épuisent, c’est parce que nous ne savons plus entendre les plus pauvres

Le père Anizan aumônier des forains

Le père Anizan se lance dans l’aventure de “Curé des forains” en 1911. Ce ministère est mentionné dans les BD des pères Courtois et Hadevis

Vivre avec l’irréparé par Isabelle Le Bourgeois

Isabelle Le Bourgeois : visiteuse de prison, psychanalyste et religieuse, croit d’expérience que nous avons tous en nous une force de vie

Share This