Pierre Rosanvallon, Les Epreuves de la vie. Comprendre autrement les Français

22 Oct 2021 | Livre coup de cœur | 0 commentaires

Auteur de l'article : Gérard Marle fc
Crédit photos : Seuil Editions

Pierre Rosanvallon, Les Epreuves de la vie. Comprendre autrement les Français

Voici un livre que l’on attendait, documenté à souhait, qui met des mots sur notre malaise face à des événements que ne nous ne comprenons guère. Comprendre autrement ce que nous vivons, Pierre Rosanvallon, historien et auteur reconnu, nous avertit : la vraie vie des Français n’est pas dans les grandes théories ou les moyennes statistiques, ou les sondages : ils n’ont pas déchiffré la boite noire des attentes, des colères et des peurs, de ce climat de défiance généralisée.

Trois types d’épreuves d’après Pierre Rosanvallon

Penser en termes d’épreuves, d’émotions, deux approches qui font sens lorsqu’on se réfère à l’histoire des deux derniers siècles, nous sommes en France, de la Révolution française et de ses prolongements. L’auteur en distingue trois types, les épreuves de l’individualité, harcèlement, manipulation, mais aussi domination sur les femmes ou sur les salariés ; les épreuves du lien social, où l’on trouve, très développée et particulièrement éclairante, la description de ce que sont les épreuves du mépris, de l’injustice et de la discrimination, ressenties comme intolérables dans un monde où l’attention à la valeur de chaque individu s’est imposée comme une exigence démocratique élémentaire ; les épreuves de l’incertitude enfin parce que nous avons pu jusqu’ici nous assurer devant les risques d’un incendie, d’un vol de voiture ou de la maladie mais l’Etat-providence ne sait pas faire devant les nouveaux défis que sont le réchauffement climatique ou les incertitudes géopolitiques.

L’origine de ce livre

Cet ensemble génère une atmosphère d’impuissance, même si les Français n’ont jamais tant manifesté, pétitionné, échangé : le mouvement #MeToo, celui Black Lives Matter, les débats sur l’héritage colonial ou sur les contrôles au faciès ne sont compréhensibles que si on les rapporte à l’attention portée aujourd’hui aux phénomènes de discrimination. Tous ces mouvements contrastent singulièrement avec la longue grève emblématique de l’automne 1995 aux revendications sociales et syndicales traditionnelles. Si celles-ci conservent évidemment leur importance, elles ne sont plus centrales ; c’est la prise en compte de ce déplacement qui est à l’origine de ce livre.

D’abord une question sociétale

L’épreuve ? Elle est ce qui m’atteint personnellement. Ainsi l’épreuve du mépris. Plusieurs fois dans ce livre, il est question des Gilets jaunes. Dès le deuxième mois, ils avaient obtenu des milliards d’euros mais le mouvement ne s’est pas arrêté. Ils s’en sont pris non au MEDEF mais aux institutions politiques et au président de la République et son arrogance ; ce qui les réunissait, ce n’était pas une augmentation de salaire à négocier mais le sentiment d’avoir été méprisés, le ressentiment de ceux que l’on n’écoute pas : « Nous voilà, nous existons, vous ne pouvez pas nous faire taire. »

Nous devons comprendre que le monde a changé, que l’on n’est plus dans les années 80 où les politiques pouvaient régler les questions à coup de milliards d’euros ; aujourd’hui, ce ne sont pas ces intérêts qui ont une place centrale, mais un désir d’égalité, qui reconnaît la singularité de chacun et son rôle dans la société. La question sociale est devenue d’abord une question sociétale.

Les statistiques disent l’ampleur d’une réalité (le chômage, les abus sexuels par exemple) mais on ne peut les utiliser avec l’orgueil de ceux qui savent. Dans cette France de la révolution contre les privilèges, l’auteur retrouve la modernité du respect, de la dignité, du besoin de reconnaissance, de la confiance, de l’attention aux réalités vécues, en bref à l’histoire personnelle. Tout ce qui nous sort des stéréotypes et des préjugés hautains. « Ne juge pas ton frère », voici un des plus anciens “commandement” de l’histoire chrétienne, décidément d’une grande actualité.

Gérard Marle fc

Pierre Rosanvallon est historien et sociologue, professeur émérite au Collège de France.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hommage au père Pierre Naert 05/01/1936 – 9/5/2024

Pierre Naert a œuvré dans les diocèses de Tours, Évry Corbeil Essonnes, Pointe Noire ( Congo), Agen, Rouen, Marseille, La Rochelle, Pontoise, Tarbes et Lourdes

Décès du père Pierre Naert fc le 9 mai 2024

P. Pierre Naert fc est décédé le 9 mai 2024 à Issy-les-Moulineaux, en la fête de l’Ascension du Seigneur. Ses funérailles seront le 16 mai.

Les dates de la pièce de théâtre “Charité Point Comme”

13 jeunes de Saint-Ouen (93) jouent la pièce de théâtre “Charité Point Comme” à Saint-Ouen, Issigeac, Verdun, Argenteuil, Artenay.

Il y avait un jardin par mesdames Choplin, Ducrocq, Nobecourt

Marie-Laure Choplin, Anne Ducrocq et Laurence Nobécourt nous donnent leurs regards du jeudi saint au dimanche de de la Résurrection.

Sur la montagne par Adrien Candiard o.p.

Adrien Candiard o.p. explique que donner sa vie n’est pas une option. Mais, précise-t-il, le premier à tout donner, gratuitement, n’est-il pas Dieu lui-même ?

Se laisser étonner par l’Ancien Testament par Alain Patin

Alain Papin a retenu Jonas, Abraham, Moïse et Élie. Dieu se donne à voir dans des histoires tourmentées. Sans doute en est-il de même pour nous.

10 conseils pour vivre le carême

Michel Retailleau fc nous rappelle que le temps du Carême se vit le concret avec un brin d’humour du Cardinal belge Godfried Daneels

Des femmes contre Pinochet par Samuel Laurent Xu

Samuel Laurent Xu nous introduit au cœur des quartiers populaires du Chili et d’une Eglise catholique fracturée

En route pour le Chapitre général du 23 juin au 14 juillet 2024

Le 23 juin 2024 s’ouvrira pour 3 semaines, le XIXème Chapitre général des Fils de la Charité, à Issy-les-Moulineaux, avec 17 capitulants élus.

Le pansement Schubert par Claire Oppert

Concertiste, enseignante, Claire Oppert se forme à l’art-thérapie. Elle joue pour les personnes en fin de vie, les malades douloureux, les autistes.

Share This