Le jour de Noël… au commencement

25 Déc 2014 | Pastorale | 0 commentaires

Auteur de l'article : Pierre Tritz fc
Crédit photos : Pierre Tritz fc

Le jour de Noël… au commencement

Le jour de Noël est un autre commencement. Au commencement était le Verbe, la Parole d’amour, le Dialogue.

“Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée”. Jean 1, 1-5

Combien d’années de méditation a-t’il fallu à l’évangéliste Jean dans sa retraite à Patmos ou ailleurs avant d’écrire ses lignes ? En ce temps de Noël, ce sont des lignes qui nous invitent à nous plonger dans la contemplation émerveillée du mystère de l’homme et du monde.

“Au commencement “, un projet de Dieu

Dès les premiers mots, nous sommes projetés au cœur même du projet de Dieu. L’évangéliste reprend sans doute volontairement le même vocabulaire du premier livre de la Bible, le livre de la Genèse :

« Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. »

Il n’y a aucune prétention historique ni chronologique dans les deux récits de la création sinon de nous dire le sens de nos vies aux yeux de Dieu.

Un autre commencement

Le jour de Noël, c’est un autre commencement. Au commencement était le Verbe, la Parole d’amour, le Dialogue. Et le Verbe était auprès de Dieu : une proximité qui est un face à face entre le Père et le Fils. Par lui, tout s’est fait et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui.
Peut-on rêver ou souhaiter un langage plus optimiste dans la grisaille de notre monde, dans ce temps de désespérance face aux défis de la planète, dans cette violence quotidienne qui nous inonde dans nos médias ?

Colombie enfants de la CantineSi rien n’a été fait sans le Verbe, alors la création toute entière est le fruit du dialogue d’amour entre le Père et le Fils. C’est la meilleure nouvelle, la bonne nouvelle qu’il nous est proposé d’accueillir en ce temps de Noël, bonne nouvelle, bonne oui bonne pour nous. Que ce soit dans la nouvelle paroisse des Fils de la Charité, paroisse de Jésus Bon Pasteur à Pointe Noire au Congo où l’on manque de tout, ni eau, ni électricité, ou aux Philippines dans le bidonville de Laura ou dans le quartier de la Rivera à Bogotá en Colombie ou dans les quartiers de la Courneuve, c’est aujourd’hui que l’Emmanuel prend naissance dans notre cœur et dans notre corps.

« Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous » Jean 1, 14 ;

Dieu parmi nous. Il ne s’agit nullement de nous évader du monde pour rencontrer Dieu. C’est dans la chair que nous côtoyons sa Présence. Alors tout peut prendre corps autrement parce que cette naissance nous confirme la bonne nouvelle que chacun d’entre nous jusque dans ses fragilités, ses peurs, ses résistances est intensément aimé de Dieu. C’est l’audace de Dieu, c’est l’extraordinaire et merveilleux cadeau qui nous est donné. Sans tricher, Dieu s’est incarné entièrement dans notre humanité, dans notre condition humaine.

Faire venir à la lumière, donner naissance en espagnol

En essayant d’apprendre et de comprendre la langue espagnole, en ce temps de Noël, j’aime particulièrement la manière de parler d’un accouchement. En espagnol cela se dit : dar a luz, faire venir à la lumière c’est-à-dire donner naissance. Marie a accouché comme toutes les femmes du monde, Marie a donné la lumière à Jésus pourrait t’on dire, ce Jésus qui dira qu’il est lui-même la Lumière du monde. Dans les obscurités les plus tenaces, c’est encore une bonne nouvelle qui nous offerte.

Noël : naissance ou re-naissance parce que Dieu ne cesse de m’enfanter, à moi-même, aux autres, à ma liberté. Cri de délivrance et cri de naissance. Devenons des “accoucheurs de vie”

BON ET JOYEUX NOËL

Pierre Tritz, Supérieur général

Photo : crèche de la paroisse Saint-Lucien réalisé par un professeur d’arts plastiques avec ses élèves dans le département de la Seine Saint Denis (93) en carton et journaux. Elle qui représente l’universalité à travers les personnages et les tissus.

Réfléchir : Noël n’est-il qu’un joli conte ?

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hommage au père Pierre Naert 05/01/1936 – 9/5/2024

Pierre Naert a œuvré dans les diocèses de Tours, Évry Corbeil Essonnes, Pointe Noire ( Congo), Agen, Rouen, Marseille, La Rochelle, Pontoise, Tarbes et Lourdes

Décès du père Pierre Naert fc le 9 mai 2024

P. Pierre Naert fc est décédé le 9 mai 2024 à Issy-les-Moulineaux, en la fête de l’Ascension du Seigneur. Ses funérailles seront le 16 mai.

Les dates de la pièce de théâtre “Charité Point Comme”

13 jeunes de Saint-Ouen (93) jouent la pièce de théâtre “Charité Point Comme” à Saint-Ouen, Issigeac, Verdun, Argenteuil, Artenay.

Il y avait un jardin par mesdames Choplin, Ducrocq, Nobecourt

Marie-Laure Choplin, Anne Ducrocq et Laurence Nobécourt nous donnent leurs regards du jeudi saint au dimanche de de la Résurrection.

Sur la montagne par Adrien Candiard o.p.

Adrien Candiard o.p. explique que donner sa vie n’est pas une option. Mais, précise-t-il, le premier à tout donner, gratuitement, n’est-il pas Dieu lui-même ?

Se laisser étonner par l’Ancien Testament par Alain Patin

Alain Papin a retenu Jonas, Abraham, Moïse et Élie. Dieu se donne à voir dans des histoires tourmentées. Sans doute en est-il de même pour nous.

10 conseils pour vivre le carême

Michel Retailleau fc nous rappelle que le temps du Carême se vit le concret avec un brin d’humour du Cardinal belge Godfried Daneels

Des femmes contre Pinochet par Samuel Laurent Xu

Samuel Laurent Xu nous introduit au cœur des quartiers populaires du Chili et d’une Eglise catholique fracturée

En route pour le Chapitre général du 23 juin au 14 juillet 2024

Le 23 juin 2024 s’ouvrira pour 3 semaines, le XIXème Chapitre général des Fils de la Charité, à Issy-les-Moulineaux, avec 17 capitulants élus.

Le pansement Schubert par Claire Oppert

Concertiste, enseignante, Claire Oppert se forme à l’art-thérapie. Elle joue pour les personnes en fin de vie, les malades douloureux, les autistes.

Share This