En regardant aujourd’hui mes 60 ans d’ordination sacerdotale

11 Juil 2022 | Vie religieuse | 0 commentaires

Auteur de l'article : Henri Poittevin fc
Crédit photos : Famille d'Henri Poittevin fc

En regardant aujourd’hui mes 60 ans d’ordination sacerdotale

Jeune prêtre avant Vatican II

Le 30 juin 1962, je sortais de la Cathédrale de Versailles, jeune prêtre, en soutane, le bréviaire en latin sous le bras ! C’était il y a 60 ans ! Je me sentais heureux dans cette Église préconciliaire. C’est là que j’ai donné ma vie au Seigneur. C’était quelques mois avant l’ouverture du concile Vatican II !

J’ai d’abord été vicaire à Meudon-Bellevue, une paroisse très vivante où les pratiquants étaient nombreux, où le scoutisme était florissant et où j’ai vécu des jours heureux dans un monde que je connaissais bien.

Missions à Bellevue, Colombes (92), Cuba, aux Philippines, Colombie et Grigny (91)

Là que j’ai connu les Fils de la Charité et avec eux j’ai découvert le monde des pauvres et aussi celui des incroyants. Avec eux, j’ai découvert également la richesse de la vie sacerdotale vécue en communauté, “en équipe” comme on dit chez nous ! J’ai été attiré aussi par la beauté et la profondeur de la spiritualité du Père Anizan, le fondateur des fils de la Charité.

Premier grand changement dans ma vie de prêtre : me voilà dans l’équipe du Petit Colombes qui m’a accueilli fraternellement, dans un quartier très populaire. Avec eux j’ai accueilli les immigrés portugais de l’époque, j’ai défilé dans les rues avec les jeunes de la JOC, j’ai même fait un stage de travail comme manutentionnaire dans une usine de conserves alimentaires.

Et puis, nouveau changement : je pars à Cuba dans un tout autre monde, avec une autre langue, un autre climat et surtout une tout autre façon de vivre la foi chrétienne dans un pays où l’Église était, sinon persécutée, du moins très réduite et très limitée dans son action…

Puis me voilà aux Philippines pendant 4 ans, où j’ai essayé d’ouvrir mon cœur au monde asiatique, puis je repars en Colombie et retrouve l’Amérique latine, sous un aspect bien différent de celui de Cuba !

Et après tous ces voyages : me voilà maintenant à Grigny la Grande Borne dans un quartier où plus de 90 % des habitants sont immigrés, où, sur le marché, on entend pas beaucoup parler français et où les musulmans sont majoritaires !

En regardant aujourd’hui ces 60 années…

Je remercie le Seigneur et je crois pouvoir dire que c’est le même amour de Jésus Christ qui m’a fait vivre sous des formes très différentes. C’est cet amour de Jésus Christ qui m’a fait entrer au séminaire à 13 ans où j’étais « bien sage »… qui m’a fait jouer au foot en soutane avec les enfants du patronage de Bellevue, qui m’a fait partir en camps avec les jocistes de Colombes, qui m’a fait participer au « travail volontaire » dans les chantiers de Cuba, qui m’a fait partager la vie des bidonvilles de Manille et qui me fait fraterniser maintenant avec les immigrés de la Grande Borne !

Fils de la Charité - 60 ans d'ordination sacerdotale d'Henri Poittevin fc, crédit Famille d'Henri Poittevin fc

Oui c’est le même amour ! Je peux témoigner au bout de mes 60 ans de vie sacerdotale que l’amour de Jésus Christ peut être vécu, sous des formes et dans des situations très différentes et dans des lieux d’Église très divers.

Il me semble que si on prenait davantage conscience de cela et on éviterait peut-être bien des difficultés dans notre Église.
C’est ce même amour qui me fait, être fidèle, avec mes frères d’équipe, à l’Église d’aujourd’hui si bouleversée, si secouée tant à l’extérieur comme à l’intérieur… et garder l’espérance au milieu d’un monde, lui aussi profondément bouleversé.

C’est tout cela que j’ai eu la joie de célébrer avec ma famille et quelques frères Fils de la Charité dans notre maison d’Issy-les-Moulineaux le 26 juin 2022.

Merci au Seigneur, et merci à tous ceux qu’il a mis sur mon chemin et qui m’ont accompagné si fraternellement !

Henri Poittevin fc

Share This