Skip to main content

Voilà 10 ans, la congrégation des Fils de la Charité érigeait la Fondation Anizan sous égide de la Fondation Caritas France. Son objet était ainsi défini dans ses statuts : « afin de contribuer au développement de la personne humaine dans toutes ses dimensions : personnelle, sociale, et spirituelle, la Fondation Anizan a pour but d’apporter un soutien aux initiatives notamment éducatives, socio-économiques, culturelles … prioritairement dans les milieux populaires où sont implantés les Fils de la Charité »

Logo de la Fondation Anizan, sous l'égide de la Fondation Caritas France

Aux sources de la Fondation

Le développement international de la congrégation nous a plongés dans des banlieues marquées par une extrême pauvreté que ce soit à Manille aux Philippines, à Brazzaville au Congo, à Mexico et dans bien d’autres pays. Notre fondateur, Jean-Emile Anizan, n’avait sans doute pas imaginé l’extension géographique du petit groupe qu’il réunissait en I9I8. Mais ce qu’il souhaitait c’est que la Mission des Fils de la Charité se vive « au milieu du peuple, de ceux qui gagnent leur pain à la sueur de leurs fronts et qui vivent au jour le jour, des déshérités de ce monde et des familles des travailleurs ». Depuis I00 ans cette mission a été vécue à travers divers ministères en paroisse, au travail, dans des associations de quartier, auprès des immigrés … Dans ses années d’après-guerre (I9I8) le Père Anizan invitait aussi ses Fils « à susciter des œuvres et institutions sociales et charitables … ».

Répondre aux besoins du peuple

C’est dans la dynamique de cette orientation missionnaire que des œuvres ont commencé à se développer voilà une vingtaine d’années pour répondre de façon concrète aux besoins d’éducation, de santé, des familles de ces milieux en grande pauvreté où des Fils de la Charité   étaient appelés en mission spécialement en Afrique, en Amérique latine, et plus tard en Asie.

« Durant les vacances, nous organisions pour les enfants et les jeunes de la paroisse des activités éducatives et culturelles dans le cadre d’un programme dénommé : ateliers- vacances. Dès la deuxième édition, nous avions découvert la nécessité d’aider davantage durant l’année scolaire les enfants et les jeunes qui avaient des retards dans leurs études.  C’est ainsi que dans les locaux paroissiaux, nous avions fait du soutien scolaire, en aidant ces jeunes à préparer leurs examens comme candidats libres. Mais nous ressentions bien qu’il y avait un besoin pour scolariser des enfants du quartier. Ce besoin fut aggravé par la guerre qui éclata dès 1993 et créa le chaos. Cette situation nécessitait des solutions rapides et appropriées, au retour des populations qui avaient déserté le quartier. Avec le soutien de laïcs, nous avons donc organisé une classe, puis une école élémentaire, plus tard pour accompagner les élèves aux niveaux supérieurs, ce fut le collège, puis le lycée. Ainsi est né le complexe scolaire Michel Gobin qui réunit chaque année I500 élèves à Brazzaville ».


Extrait de Chantiers n°209 – mars 2021

 “Projets de vie, projets d’avenir” : en savoir plus et s’abonner


La Fondation Caritas France

Ces œuvres, pour grandir et se développer, ont eu besoin depuis plus de 20 ans de l’aide de généreux donateurs. C’est ainsi qu’on pourrait dire que ces œuvres sont le fruit de la rencontre du projet missionnaire des Fils   et de la générosité et de la fidélité de nombreux amis des Fils de la Charité et même bien au-delà. Mais pour assurer la durabilité, le développement de ces initiatives sociales et   éducatives, nous avons eu la chance de rencontrer sur notre chemin la Fondation Caritas France qui proposait d’accueillir, « d’abriter » des fondations venant d’horizons très différents en leur apportant des moyens pour se développer, un financement pour des projets, et aussi pouvoir bénéficier des avantages en fiscalité pour les donateurs.  Voilà   I0 ans que le Secours catholique a créé la Fondation Caritas France qui abrite à ce jour plus de 100 fondations sous égide. C’est un soutien formidable pour la fondation Anizan qui s’enrichit de toutes les expériences de terrain, mais aussi de réflexion pour innover dans l’aide au développement, grâce à des journées d’études et de partage entre fondations abritées. Chaque projet de la Fondation Anizan proposé par la commission de la Fondation est toujours avalisé par la Fondation Caritas France qui lui apporte son expertise et même parfois un appui pour la réalisation du projet.

Les projets de la Fondation

Si au départ les projets de la fondation Anizan ont été modestes, toujours dans un souci de promotion humaine, d’autres besoins sont très vite apparus, suscités par des Fils de la Charité dans les divers pays où nous sommes implantés. Si nous faisons un bilan rapide et non exhaustif sur ces dix dernières années la Fondation Anizan est intervenue sur divers chantiers. L’éducation des jeunes. D’une école de quartier s’est développé un collège-lycée « Michel Gobin » qui scolarise chaque année plus I 500 élèves à Brazzaville ; des bourses d’étude ont été accordées pour des jeunes aux Philippines. Dans le domaine de la santé. La Fondation a participé au financement et au développement d’un centre médical du Quartier Laura (Manille) aux Philippines, également pour un centre dentaire dans un quartier populaire de Setubal (Portugal). Au plan social. Des aides ont été données pour appuyer des associations de quartier œuvrant dans la formation d’adultes en précarité, dans l’accompagnement aux immigrés,   dans l’insertion   en soutenant  le création   d’emplois  pour des jeunes à Mexico, enfin  pour répondre à un besoin essentiel dans la vie   des familles, le  forage  d’eau potable  au Congo  et en  République  démocratique  du  Congo  …

Chaque année, la Fondation participe au financement de 2 ou 3 projets. On pourrait dire que c’est peu. Et c’est vrai en nombre. Mais nous savons que c’est beaucoup, car c’est un mieux vivre pour des centaines d’adultes et d’enfants, par exemple le Centre de santé de Laura (Manille-Philippines) a pu faire 2500 consultations cette année sur le quartier.

Sur ce chemin de la solidarité, de cette entraide internationale, chacun peut apporter son caillou ou sa pierre selon ses possibilités. Nous mesurons la chance que nous avons d’être « abrité » par « Caritas France, d’avoir eu la confiance de porteurs de projets et d’avoir pu tisser durant ces dix années un réseau d’amis fidèles, toujours accueillants à nos appels pour de nouveaux projets. La Lettre aux amis de la Fondation Anizan que chaque donateur reçoit veut être un lien entre ce qui se passe « là-bas » et notre « chez nous ». Bien au-delà de toute aide   financière, c’est se rapprocher de peuples et de civilisations différentes, c’est entrer en dialogue pour s’enrichir mutuellement, c’est prendre conscience « d’habiter une maison commune que Dieu nous a prêtée » (Loué sois-tu – Pape François).

Jean Paul Marsaud, fc

J’ai envie de vous dire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Je commente sur FaceBook

X