Voulons-nous révolutionner

notre relation avec Dieu en ce carême 2020 ?

Le père Jean-Pierre Maçon nous explique le paradoxe du temps du Carême. Il nous encourage à faire un “vrai” carême en ce mois de mars 2020.

Des efforts pour se rapprocher de Dieu ?

Depuis le mercredi des Cendres, nous sommes entrés dans un nouveau Carême. Chaque année, on se dit qu’il faut faire des efforts ; on nous parle d’aumônes, de prières, de jeûnes et de privations.

Chacun pense aux résolutions qu’il va prendre pour vaincre les tentations qui nous détournent de la Parole de Dieu, de l’adoration et de la confiance en Dieu.

Et à Pâques, nous regarderons le bilan : si nous avons tenu, nous parlerons d’un bon carême et nous aurons l’impression de nous être rapprochés de Dieu. Mais si nous n’avons pas réussi à tout tenir, nous aurons l’impression d’avoir fait un mauvais carême et de nous être éloignés de Dieu.

La révolution dans notre relation à Dieu

Mais le vrai Carême, c’est beaucoup mieux. Pour le comprendre, il faut lire attentivement la Parole qui nous est proposée chaque jour et cela pourrait nous transformer. Elle nous invite à une véritable révolution dans notre relation à Dieu : il ne s’agit plus d’offrir des sacrifices pour recevoir de lui ce que nous demandons.

Au lieu de donner à Dieu pour recevoir de lui, nous sommes invités à lui offrir ce que nous avons reçu de Lui. C’est cela qui nous est demandé à chacun dans ce temps de carême.

Ce seront alors les fruits d’un effort d’homme libre et non plus celui d’un  esclave enfermé dans son péché.

Conférence de carême de Notre-Dame de Paris 2020

Lui faire confiance

Dans ses Tentations au désert (Matthieu, 4, 1-11), Jésus nous apprend qu’être fils de Dieu, c’est se laisser conduire par Dieu sans lui imposer nos voies et nos moyens. C’est lui faire confiance sans vouloir obtenir des garanties, sans espérer de miraculeux prodiges qui nous démobiliseraient de nos responsabilités et de nos engagements.

Être fils de Dieu, c’est faire la volonté de Dieu qui est notre nourriture quotidienne.

Jésus se retrouve devant les mêmes tentations que le peuple d’Israël. Toutes les tentations ont pour but de nuire à la relation qui existe entre l’homme et Dieu alors que la Parole de Dieu nous invite à reconnaître la Bonté même de Dieu.

Le vrai Carême, c’est une réponse aimante à un Amour qui fait sans cesse le premier pas vers nous…

  • Oui c’est Toi Seigneur, qui nous donnes le désir et la force de te suivre et de t’aimer.
  • Sois avec nous sur le chemin qui nous mène à Pâques.
  • Avec toi, nous marcherons dans les déserts de notre vie.
  • Nous nous savons aimés de toi et là nous nous sentons rassurés.

Jean Pierre Maçon fc, vicaire à la Paroisse Sainte Hélène dans le 18ème à Paris

Les grandes dates du Carême en 2020

J’ai envie de vous dire

  • Emmanuel SAY dit :

    Tu as raison Jean Pierre, il faut toujours secouer notre désir de marchander la relation avec Dieu et avec nos frères. Le temps du Carême est une invitation à faire cette petite révolution qui porte tant de fruits dans nos cœurs! Elle guérira et rétablira surement le lien avec Dieu et le lien avec nos frères, dans la liberté, la gratuité et la responsabilité.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Je commente sur FaceBook

X