Le deuil bouscule. Le Christ était là, au milieu,

s’est-il servi de moi ? Ça aussi, ça bouscule!

Marie-Juliette Gérard, de la Fraternité Anizan d’Argenteuil, témoigne de la rencontre avec Sébastien lors de son deuil. Lors d’une préparation d’obsèques, elle a senti le Christ passer à travers elle pour qu’un fils puisse pardonner à sa mère.

Marie-Juliette Gérard crédit Hélène Négrini
En deuil, Sébastien parle de sa peine

Il s’appelle Sébastien, ce monsieur que j’ai reçu afin de préparer la sépulture de sa maman (91 ans). La conversation semble mal partie : “Ma mère n’a jamais aimé ses enfants. Elle voulait passer par l’église. La Résurrection, ce ne sera pas pour moi, je vais être incinéré”. En essayant de garder le sourire – mais pas trop, il ne faut pas qu’il pense que je me moque de lui – je dis au fond de moi: “Seigneur, j’ai besoin de toi! Je ne sais pas par où commencer!”.

J’ai proposé à Sébastien de dire ce qu’il a découvert de Dieu, ce qu’il a appris de Dieu… Sa réponse est venue assez vite: “Dieu, Allah, c’est pareil! Il y a des attentats au nom de Dieu, alors il ne sert à rien”. Puis il y a eu un silence. Sans l’avoir prémédité, je me suis entendue dire: “Je suis d’accord avec vous : ce Dieu ne sert à rien”.

Qu'en faisons- nous de cette liberté?

Son attitude a commencé à changer – c’était physique- son visage s’adoucissait, il a relevé la tête quand je lui ai dit: “Cela ne peut pas plaire à Dieu quand on se sert de lui pour tuer, injurier, écraser les autres”. Je n’ai pas pu m’appuyer sur l’Amour de Dieu semblable à l’amour d’une mère pour ses enfants, mais j’ai senti que le mot “libre” lui ouvrait des pistes de réflexion: “Dieu nous aime libres, nous, les hommes, qu’en faisons- nous de cette liberté?”.

coucher de soleil Hélène Négrini
Ma mère n'a jamais appris à aimer

En apparence, nous n’avions pas beaucoup avancé dans la préparation de la sépulture: que vais-je pouvoir dire de sa mère pour la présenter à Dieu, pour faire mémoire de sa vie aux personnes présentes dans l’église ? Et puis, il va falloir choisir des textes de la Bible ! Ce n’est pas gagné !

Je ne sais pas comment j’ai fait, je ne me souviens plus des mots que j’ai employés, mais je me souviens bien de ses dernières phrases à la fin de notre entretien :

“C’est incroyable, merci, merci. Je ne savais pas que des gens comme vous pouvaient exister. Tout ce que j’ai dit je n’en avais jamais parlé. Qu’importe ce que vous direz à l’église, ce sera bien. Peut-être que ma mère n’avait jamais appris à aimer.”

croix coucher de soleil crédit Pixabay libre de droit
Le passage de Dieu

Je peux dire que cette rencontre m’a bousculée, je ne m’attendais pas à cela !

C’est même en posant les mots pour vous sur cet accompagnement dans le deuil que je réalise ce qui s’est passé. Il est clair que si l’Esprit-Saint ne m’avait pas guidée, ne m’avait pas donné les mots adéquats, je n’aurais pas pu être témoin de cela.

Il y a des attentats au nom de Dieu, alors il ne sert à rien

Je n’ai pas revu Sébastien, il m’a seulement laissé un message dans les jours qui ont suivi en disant : “J’ai besoin de vous dire merci”. Moi, j’ai eu besoin de remercier le Seigneur. La situation qui m’est venue à l’esprit : le Christ qui dessine par terre en attendant que les accusateurs de la femme pécheresse déversent leur haine. Les acteurs=Sébastien ? La femme=sa Maman? Le Christ était là, au milieu, il s’est servi de moi ? Ça aussi, ça bouscule !

Bulletin d'adhésion et abonnement 2020
"Le pardon, quèsaco"?

Extrait du Bulletin de la Fraternité n°63 – février 2020
“Pardon, la fraternité en actes”

Partie 1 : Pardon, don de Dieu…Quèsaco?

Couverture du Bulletin de la Fraternité Anizan de février 2020 sur le pardon

J’ai envie de vous dire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Je commente sur FaceBook

X