En cette après-midi de février, l’ambiance à l’association Midi Partage est à la fois sérieuse et sereine. Depuis l’installation de l’association dans la chapelle Saint-Joseph à Valenciennes, toutes l’équipe animatrice est heureuse de se retrouver dans des locaux bien aménagés et conformes aux exigences sanitaires d’aujourd’hui. Comme l’affirme Jean-François Devillers, le président de Midi Partage :” des locaux bien adaptés et propres ça change tout !”.

Un peu d'histoire

Midi Partage naît voici déjà 25 ans dans le but de proposer aux sans domicile fixe, un repas chaud le midi. L’association s’installe d’abord dans le centre de Valenciennes, à côté d’autres associations caritatives, ce qui pause des problèmes à la population résidente. “Ces lieux d’accueil des plus démunis ne sont jamais les bienvenus dans le quartier” constate le président. Après le centre ville, Midi Partage se pose dans un lieu en périphérie de la ville, aux bords de l’Escaut. Mais en 2015, la ville leur demande de quitter les locaux pour un projet d’aménagement du quartier. Jean-François Devillers rencontre alors le père Jean Ménétrier au cours du repas de la messe chrismale au printemps 2015. Ils échangent sur le problème urgent qui touche Midi Partage. Le père Jean, pense à l’un des lieux de culte de la paroisse périphérique de Valenciennes, animée par les Fils de la Charité : la chapelle Saint Joseph. La communauté de ce lieu s’étant étiolée, il n’y a plus de culte, d’où l’idée que le diocèse de Cambrai la cède à Midi Partage. La procédure est enclenchée. Le projet soutenu par le vicaire général Xavier Bris prend forme. Une page d’histoire se tourne au cours d’une émouvante célébration de désacralisation de la chapelle le 17 octobre 2015.

Midi Partage dans l'ancienne chanpelle Saint Joseph à Valenciennes

Cinq longues années de travaux

Le projet sur les rails, il faut d’abord occuper les locaux de manière à accueillir, et à mettre en place un suivi social de cette population précaire. Ce sont plusieurs années “de camping”, dans des conditions de “confort précaire” à l’image de celles et ceux que nous accueillons. En guise de repas chaud, l’association ne peut offrir que des sandwichs durant toute cette période. Grâce à la collaboration avec un architecte, les travaux s’intensifient en 2017, pour proposer une salle d’accueil de jour, une douche et un coin coiffure. Mais il faut attendre Noël 2020 pour que Midi Partage puisse offrir un “vrai” repas festif. Désormais équipée d’une cuisine aux normes, l’association va pouvoir se projeter dans l’avenir.

Midi Partage en quelques chiffres

Au moment où l’association quitte le chemin de halage à la périphérie de la ville, elle offre en moyenne 120 repas par jour. 700 personnes bénéficient d’une domiciliation sociale leur permettant de recevoir leur courrier et leurs revenus. Aujourd’hui, Midi Partage compte 11 salariés : deux pour la cuisine, deux pour l’approvisionnement, et sept éducateurs spécialisés dont François et Dominique, les deux responsables de l’ensemble. A ce personnel permanent s’ajoute une dizaine de bénévoles, bienvenus pour les multiples tâches.

© Fils de la Charité

Un élan de solidarité

Bien sur, il a fallu réunir de grosses sommes pour en arriver à ce bel ensemble. Grâce au collectivités locales et nationales. Et aussi grâce à la générosité de toute cette population anonyme du Nord qui a fait de nombreux gestes de solidarité. Deux exemples parmi d’autres : lors d’un mariage et lors d’une sépulture, les offrandes ont été reversées à Midi Partage. Bien sûr il y a eu d’autres dons et de nombreuses subventions d’horizons différents? Du côté des Fils de la Charité, la fondation Anizan a, elle aussi, contribué à soutenir ce projet sur l’espace d’une paroisse Fils.

Une association d'utilité publique

Midi Partage accueille tout le monde sans demander ni papier d’identité, ni ressources, ni quotient familial, ou tout autre justificatif. Le projet s’articule autour de deux axes : un accueil de jour et un repas chaud le midi. Ce dernier doit être préparé avec soin, car la plupart des accueillis ignore ce qu’est un repas équilibré.

Midi Partage a le souci d’apporter du bien-être à cette population délaissée : les sans-abri, mais aussi aux familles qui ayant un logement et un travail ont du mal à “boucler” les fins de moi, et comptent sur cette aide pour soulager leur budget alimentation.

Midi partage porte un regard complet sur la personne et apporte un soutien personnalisé.  Mais Midi Partage porte aussi son attention “au droit d’être accueilli”, au “droit de manger”, “au droit au lien social”, “droit d’accès à des prestations de base : hygiène, domiciliation postale et bancaire”, “droit d’accès à un hébergement d’urgence ou à un logement autonome”, “droit d’accès au soin”…

Et même la découverte de pratiques sportives en lien avec les associations locales : randonnée, gymnastique.

Quel beau projet que ce Midi Partage, et ce désormais sous la protection de Saint Joseph. Un grand merci à vous tous, professionnels et bénévoles, pour votre témoignage en cette période où le covid risque de rendre votre association de plus en plus indispensable.

Frédéric Tonquédec, fc


Extrait de Chantiers n°209 – mars 2021

 “Projets de vie, projets d’avenir” : en savoir plus et s’abonner



J’ai envie de vous dire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Je commente sur FaceBook

X