Les tâches domestiques sont bien souvent encore l’apanage des femmes ou des filles

Portrait d'Inmaculada Gutiérrez-Feliz photo Fils de la Charité

Les tâches domestiques, au sein d’un couple et au sein d’une famille, sont bien souvent encore l’apanage des femmes ou des filles. Mais une évolution est en marche en France et dans beaucoup d’autres pays, comme en Espagne, où les hommes commencent à être sensible au partage des tâches.

Témoignage recueilli par Inmaculada Gutiérrez-Feliz pour la Revue chantiers.

La femme a gagné du pouvoir mais il y a encore du chemin à parcourir

Le rôle des femmes limité à la famille

La réalité des femmes est différente en fonction de leur localisation géographique. Depuis le début de la construction de la société, le rôle des femmes s’est limité à la famille. Il y a généralement une coresponsabilité entre une meilleure situation des femmes dans les pays développés et une situation de plus grande discrimination dans les pays en développement. Le rôle des femmes dans chaque société dépend de nombreux facteurs qui conditionnent leur vie, tels que la culture, les traditions, la religion, etc. La femme a gagné du pouvoir peu à peu, mais il y a encore un long chemin à parcourir.

Inégalité au niveau des tâches ménagères

Diverses études montrent que la première inégalité se situe au niveau des tâches ménagères. Des modèles qui commencent dès l’enfance. Bien que cela soit en train de changer, les filles passent plus de temps à faire des tâches ménagères que les garçons. Une analyse de l’Université du Maryland soutient qu’au cours de cette décade, même si le temps que les filles consacrent à ces tâches a diminué, il est toujours supérieur à celui des garçons, qui n’a guère changé.

repassage par RitaE de Pixabay ménage par pascalhelmer de Pixabay

Beaucoup d’hommes qui partagent les tâches n’en parlent pas

Les hommes “aident” à la maison

Les rôles traditionnels des hommes – fournisseurs de biens – et des femmes – au foyer, responsables de la maison et famille – sont encore présents dans les mentalités. Personne ne remet actuellement en question le fait que les femmes ne sont pas “programmées” pour assumer les tâches ménagères. Cependant, l’idée que les hommes “aident” à la maison est encore très répandue. Il y a beaucoup d’hommes qui réalisent des tâches, qui, par gêne, ne disent rien ; dans d’autres foyers, il y a une inversion de rôles.

“Nous nous allions travailler ou jouer”

C’est le cas d’Aquilino, un retraité espagnol, qui avant le mouvement féministe, et dans une société “machiste”, assumait le rôle de « femme au foyer ». Il indique que ce n’était pas facile : l’éducation reçue pendant la dictature – l’Espagne est une démocratie depuis l’approbation de la Constitution en décembre 1978 – lui avait appris que les hommes ne travaillaient pas à la maison.

“C’était comme ça, je ne sais pas pourquoi. Les filles faisaient le ménage et nous allions travailler ou jouer. Chez moi, comme nous étions pauvres depuis la mort de mon père quand j’avais trois ans et que les femmes étaient très peu payées, j’aidais ma mère en travaillant dans le magasin de M. Paulino. Je faisais la livraison pour gagner un peu d’argent, il me donnait les pourboires des clients et de la nourriture à emporter”, souligne-t-il, en précisant qu’il ne faisait jamais rien à la maison : c’était le travail de sa mère.

“Parce que les autres hommes riaient un peu”

Comme beaucoup de jeunes, Aquilino a dû émigrer là où il y avait du travail. Il vivait dans une pension avec d’autres jeunes hommes et une dame faisait tout le ménage pour eux. Une anecdote illustre à quel point les hommes ne travaillaient pas à la maison. S’ils le faisaient, ils n’en parlaient pas “parce que les autres hommes riaient un peu …

Un jour, Mme Matilde est partie en vacances et Ignacio – un autre des jeunes hommes – et moi nous sommes retrouvés sans nourriture et nous nous sommes dit : “maintenant, que faisons-nous ? Ignacio a dit qu’il ne voulait pas aller au marché parce qu’ils vont se moquer de lui. Alors je lui ai dit que s’il cuisinait, j’irai faire des courses. Et c’est ce que nous avons fait. Personne ne nous a rien dit, mais il est vrai que beaucoup d’hommes sont cuisiniers ici, c’est plus standardisé que dans nos villages”.

Faire les courses une tâche partagée -Inmaculada Gutiérrez-Feliz
Aquilino cuisine à la maison - Inmaculada Gutiérrez-Feliz

Une transformation sociale qui a fait évoluer le rôle de la femme

Modèle d’égalité

Aquilino s’est marié dans la période de transition qui a suivi la mort de Franco, dans une société qui commençait à respirer l’air de la liberté. Une étape qui a entraîné une transformation sociale et fait évoluer le rôle de la femme qui avait été épouse soumise, femme au foyer et mère, c’est-à-dire obligée de s’occuper du mari, de nettoyer la maison et d’élever les enfants. Ces changements n’ont pas toujours été bien accueillis par les secteurs les plus conservateurs de la société qui n’ont pas compris ce qui s’était passé et ne se sont pas pleinement adaptés à ce modèle d’égalité.

La situation a changé

“A cette époque, je m’étais déjà habitué à faire des choses, parce que ma femme travaillait et quand on se marie, il faut collaborer”. Sa femme voit la situation un peu différemment. “Il faisait le lit et il allait au supermarché parce que c’est lui qui avait la voiture, mais c’est moi qui faisais tout. Sa mère a été surprise la première fois qu’elle est venue, car il n’a jamais rien fait chez elle”.

La situation a changé lorsque, à l’âge de 40 ans, Aquilino a dû arrêter de travailler parce qu’il est devenu handicapé. “Nous avons commencé un périple entre les médecins, les hôpitaux et même un charlatan qui lui a donné des médicaments pour les chevaux, tout cela pour qu’il ne soit pas en fauteuil roulant”.


Extrait de Chantiers n°205 – mars 2020

 “Le femme est l’avenir de l’homme” : en savoir plus et s’abonner


Couverture de la revue chantiers de mars 2020 sur

Sommaire de la revue chantiers de mars 2020 sur

Le sentiment que sa "virilité" s'éloignait

Ils revivent cette situation comme une époque très compliquée. Aquilino eut le sentiment que sa “virilité” s’éloignait dans une société qui se moquait de son handicap et du fait qu’il devait rester à la maison pour s’occuper de sa petite fille et que sa femme devait redoubler ses horaires de travail, parce que les femmes étaient moins bien payées.

C’est grâce à l’un des médecins qu’il a rencontré lors de ses séjours à l’hôpital que le véritable changement de mentalité a commencé. Le médecin, passionné de vélo, lui a conçu un vélo grâce auquel il a pu entraîner l’équipe des enfants du village. Et aussi rencontrer un cuisinier qui lui a donné des cours pendant 3 mois dans son restaurant pour qu’il puisse apprendre.

Une transformation de la société -Inmaculada Gutiérrez-Feliz

Répartition des tâches

Non seulement Aquilino a appris à cuisiner, mais il a complètement changé de mentalité. “Je me suis rendu compte que j’éduquais ma fille à être soumise, je l’éduquais différemment parce qu’elle n’était pas un garçon. J’ai appris à donner du courage à ma fille, les commentaires des autres ont cessé de faire mal.

Quand ma fille est rentrée à la maison, elle voulait que je cuisine parce que je le faisais mieux que maman, selon elle. En raison de mon handicap, ma femme devait continuer à faire certaines choses, mais je pouvais au moins faire 80% des tâches pour qu’elle puisse se reposer”.

Tous deux sont maintenant à la retraite, mais Aquilino continue de préparer les repas tous les jours : “aussi le dîner pour que ma femme puisse sortir avec ses amis et je fais les courses. Mais j’ai aussi du temps pour moi car elle fait le ménage et repasse. La machine à laver … le premier qui arrive s’en occupe”.

Inmaculada Gutiérrez-Feliz

Confinement & l'espace du quotidien

Reprendre la main – Elodie Maurot? Revue Etudes, article web, mai 2020

Le confinement n’abolit pas la variété des situations de vie, mais il a une conséquence commune : il augmente la part du domestique et du soin dans notre quotidien. Courses (strictement alimentaires), rangement, ménage, cuisine, « école à la maison », tâches éducatives, animation de jeux, soutien en tous genres, attentions et dépannages pratiques… : les paroles et les gestes du soin ont pris la première place…

Couverture Revue Etudes avril 2020

Les Lives du Forum 104

Chaque semaine, Frédéric Rochet le directeur du Forum104, reçoit des invités pour évoquer la crise actuelle. Un rendez-vous chaque dimanche à 17 heures en direct que nous pouvons retrouver sur la chaîne Youtube du Forum 104.

Les thèmes des lives du forum 104 pendant le confinement

J’ai envie de vous dire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Je commente sur FaceBook

X