Célébration des 90 ans de Fondation des sœurs Auxiliatrices de la Charité

90 ans de Fondation des sœurs Auxiliatrices le 15 octobre 2016

Célébration des 90 ans de Fondation
des sœurs Auxiliatrices de la Charité

Le 15 octobre 1926, le Père Anizan célébrait la messe de Fondation des Auxiliatrices de la Charité, en la fête de sainte Thérèse d’Avila. C’est pourquoi, samedi dernier, nous étions invités à célébrer ce bel anniversaire.

Passion de Dieu et  passion du Peuple

90 ans de Fondation des sœurs Auxiliatrices le 15 octobre 2016

© Auxiliatrices de la Charité

Des liens tissés

Passion de Dieu … Passion du Peuple… C’est cette passion pour Jésus-Christ et pour les hommes qui a poussé le père Anizan et mère Thérèse Joly à répondre aux cris de l’humanité. Cette passion nous a attirées et continue de nous habiter.

En 90 ans, combien de liens tissés au jour le jour, de chemins parcourus, de missions diversifiées, de joies et de peines partagées, avec des familles, des jeunes, des travailleurs, des migrants, des malades, des catéchumènes, des gens loin de l’Eglise et les mouvements d’action catholique?

Sur les routes du monde

90 ans de Fondation des sœurs Auxiliatrices le 15 octobre 2016

© Auxiliatrices de la Charité

Notre devise ” la charité du Christ nous presse” nous a envoyées sur les routes de France, du Bénin, du Portugal, du Brésil, du Honduras, à la rencontre du peuple.

Nous nous sommes nourries de la spiritualité du Carmel la tissant avec celle du Père Anizan pour une vitalité apostolique.

Etre levain de Charité

Je ne retracerai pas toutes les étapes de notre histoire. Les plus marquantes ont été symboliquement déposées au pied de l’autel sur des panneaux, en bouquet offert au Seigneur.

90 ans de Fondation des sœurs Auxiliatrices le 15 octobre 2016

© Auxiliatrices de la Charité

Le père Anizan proclame, en 1925 : “Notre vocation est grande et pressante… Dieu est avec nous… un champ large s’ouvre devant nous…Nous pourrions dire comme Jérémie lors de la révélation de sa mission de prophète : ” Mon Dieu, la tâche est au-dessus de nos forces et de nos vertus”. Mais Dieu nous répond aussi : “Ne craignez pas, vous faites mon œuvre, je suis avec vous”. Oui, la mission de la famille Anizan est grande et pressante, au cœur de nos quartiers où la vie est rude… que nous puissions y être “levain de charité évangélique” et source d’espérance.

Thérèse Plantefève A.C., Supérieure générale des Auxiliatrices de la Charité

Une vie aux dimensions du cœur de Dieu

Au service de la classe ouvrière

Joie de prendre le temps et déposer au pied de notre Divin Maître -expression si chère à Anizan- les fruits de 90 années, chargées d’apostolats, d’initiatives et de réalisations, 90 années de prière dans un cœur à cœur avec Dieu, 90 années au service de la classe ouvrière et des peuples nombreux qui nous sont aujourd’hui confiés et pour lesquels nous voulons pour eux et avec eux, une vie belle, juste, une vie aux dimensions du cœur de Dieu, une vie en abondance.

Des épreuves, des intempéries, vous en avez connu, et il y en aura d’autres… mais le Ressuscité nous en libère. Et si nous sommes bien fondés sur le roc qu’est le Christ, alors, la pluie peut tomber, les torrents dévaler, la maison résiste et résistera.

90 ans de Fondation des sœurs Auxiliatrices le 15 octobre 2016

© Auxiliatrices de la Charité

A l’exemple de nos prédécesseurs

P. Anizan ou Sainte Thérèse d’Avila qui nous inspirent, ces contemplatifs actifs ont tenu bon parce qu’ils étaient attachés au Christ Jésus. Si parfois aujourd’hui nous doutons de la fécondité de nos actions, de la profondeur de nos oraisons, ou de la qualité de nos présences, l’exemple de nos prédécesseurs nous soutient, leur prière nous accompagne, et notre maison tient bon, malgré quelques fissures liées à l’usure du temps. Oui nous pouvons la regarder et y voir l’œuvre de Dieu, et elle a fière allure.

Un feu qui nous éclaire toujours

Réjouissons-nous en cet anniversaire de la présence de l’Esprit du Seigneur à nos côtés, et s’il est parfois difficile d’hisser les voiles, son feu nous purifie et nous fait brûler du même désir qui animait Ste Thérèse d’Avila, notre P. Anizan, et certainement Thérèse Joly, et les premières sœurs de votre institut. C’est ce même feu de l’amour de Dieu qui nous a pris un jour, et nous éclaire toujours. Un feu qui nous purifie et fait de nous des contemplatifs en action, désirant la sainteté, l’évangélisation des pauvres et la fécondité apostolique. Cette fécondité dont un fruit est celui des Compagnons de la Charité, des hommes, des femmes, des jeunes et des enfants qui souhaitent vivre de votre spiritualité.

Jean Michel Rapaud fc, supérieur de France des Fils de la Charité

Voir aussi :

Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X