Journée des Migrants à Paris et Grigny

Messes 2016 des Migrants à Sainte-Hélène et Grigny

Journée des Migrants à Paris et Grigny

La diversité des cultures dans nos quartiers

La Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié s’est vécue, cette année encore, dans une grande diversité des cultures. Les messes à Sainte-Hélène (Paris 18ème) et Notre-Dame-de-toute-Joie à Grigny (91) ont été un sublime ravissement pour les sens.

 

Messes 2016 des Migrants à Sainte-Hélène et Grigny

© Pierre Rabjeau

L’étrangeté peut devenir un obstacle

En accueillant la communauté bariolée de cette “journée mondiale des migrants et des réfugiés” Maguy donnait le ton :

“L’Eglise aujourd’hui nous invite à accueillir la diversité des cultures, une réalité de notre quartier, de notre voisinage et de nos associations. Nous le savons, cette diversité peut provoquer des incompréhensions et “l’étrangeté” peut devenir un obstacle. Mais aussi tous ceux qui osent la rencontre découvrent la richesse de chaque personne, son histoire, son parcours, sa situation aujourd’hui.”

Goûter à la diversité

Messes 2016 des Migrants à Sainte-Hélène et Grigny

© Pierre Rabjeau

La préparation de la messe avait déjà permis de goûter à cette diversité, d’autant que la communauté Bangladaise, hébergée par la paroisse, avait voulu prendre une part active à cette célébration.

Globe terrestre voisinant avec un panier de drapeaux entourant l’autel, rites de l’encens asiatique et procession des offrandes africaine, chants en bangladais, en ewondo (Cameroun), des intentions proclamées aux accents plus ou moins chantants, tout cela donnait une ambiance et un recueillement ” arc-en-ciel” qui rehaussait l’universalité de la célébration.

Et Marie “couronnée d’étoiles”, n’était pas oubliée, elle qui se voyait fleurir par une envolée d’enfants aux traits multicolores.

Messes 2016 des Migrants à Sainte-Hélène et Grigny

© Pierre Rabjeau

La bouche et le palais

Un pot de l’amitié réunissait les participants autour de choses d’ici et de là-bas. C’est bien connu, l’accueil de l’étranger passe par la bouche et le palais. Maguy avait prévenu : “Aujourd’hui, le mot “humanité” prend une “saveur” par l’inattendu de la rencontre”.

D’autant plus que nous étions tous réunis pour célébrer Jésus, “le frère en humanité” de tous.

Michel Retailleau fc, prêtre à Sainte-Hélène

 

Album photos des messes

à Sainte-Hélène (Paris 18ème) et Notre-Dame-de-toute-Joie à Grigny (91)

 

Et aussi

Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X