Epiphanie ou quand Dieu se donne à voir

Crèche dans le métro, Paroisse Sainte-Hélène

La fête de l’Epiphanie

Dans le mystère de Noël, Dieu se révèle sous un visage totalement inattendu, très différent de ce que nous pouvons imaginer. Les images du mystère de Noel s’accumulent et nous n’en finissons pas de les célébrer : la crèche de Bethleem, les bergers et leurs moutons, les mages et leur caravane de chameaux, une famille sur la route d’Egypte. Chacune nous laisse un message et nous donne une lumière sur notre Dieu, nous manifeste ce qu’il est. (l’épiphanie en grec signifie manifestation !) .

Quand Dieu se donne à voir, il se révèle comme un enfant. C’est l’image de la crèche : ce bébé entouré de sa mère et de son père, réchauffé par le bœuf et l’âne. Il doit y avoir un secret là dessous qui nous met sur le chemin de la discrétion et de la tendresse. Si Dieu est tout puissant ce doit être la toute puissance de l’amour. Contemplons-le humble, obéissant jusqu’à la mort et la mort sur la croix.

Quand Dieu se donne à voir il se révèle comme un berger, un pauvre mais si généreux qu’il va chercher la brebis perdue. Il se révèle comme celui qui redonne confiance aux pécheurs, aux exclus, à tous les rejetés de la société de son temps. On est loin de l’image d’un surveillant impitoyable. Non Dieu ne nous surveille pas. Il veille sur nous. Contemplons-le et disons lui « Avec toi rien ne saurait me manquer ».Crèche dans le métro, Paroisse Sainte-Hélène

Quand Dieu se donne à voir se révèle comme un refugié, un exilé, obligé de fuir le tyran Hérode. Dieu se fait proche du malheur des hommes, des situations inhumaines dans lesquelles les hommes se croient abandonnés de Dieu. Contemplons-le et écoutons le nous dire « Rien n’est jamais perdu pour Dieu. »

Quand Dieu se donne à voir il se révèle à ces mages, qui sont des savants avec la science de leur temps et la passion des chercheurs qui ont laissé leurs observatoires pour suivre un signe du ciel, des hommes confiants dans leur étoile. Ils ont fait leurs bagages, ils ont traversé des pays, ils ont apporté leurs présents. Jésus accueillera toujours ces étrangers, ces païens, ces pécheurs ouverts à l’inconnu. Il admirera leur foi.

Contemplons-le et implorons Dieu de nous donner cette soif de Le connaître, cet élan pour aller vers Lui. Mettons à ses pieds tout ce qui fait notre vie.

« Il habite parmi nous ». Voilà pourquoi nous avons voulu le faire naître dans notre station de métro. Notre crèche nous le dit : « Ce n’est pas dans les nuages qu’il vient nous rencontrer ». Il nous faut bien du silence pour saisir quand, dans le quotidien de nos vies, il se donne à voir.

Alain Ollivier fc, Curé de la Paroisse Sainte-Hélène (18ème)

Josette Berely, artiste peintre de notre communauté expose le 10 et 11 Janvier 2015 à l’église Notre Dame du Bon Conseil, 140 rue de Clignancourt. Paris 18. Ouverture de 10 à 18 heures.

Gilbert Ponté présentera son nouveau spectacle « La dernière nuit de Molière » au Théâtre DOUZE (Paris 12) du 13 Janvier au 8 Février à 20 h 30 tous les jours sauf le lundi. Séance le dimanche à 15 h 30. Réservation au 01 44 75 60 31

Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X