Coronavirus (COVID-19) : Vivons dans la confiance en Dieu comme Marie

Pour lutter contre la propagation du Covid-19 de nombreux pays ont été mis à l’arrêt. En fonction de la situation sanitaire locale chacun adopte son plan de déconfinement.

Les religieux partout dans le monde, sont aussi tenus de rester vigilant et de respecter les gestes barrières.  Ils témoignent de leur action en ce temps de crise planétaire.

Il nous faut entrer dans la patience

Installation de Xavier Séclier fc comme curé de La Chapelle saint-Luc en septembre 2015

Xavier Séclier fc est curé de l’ensemble paroissial de La Chapelle-Saint-Luc et Les Noës (Diocèse de Troyes). Tandis que le déconfinement est entamé en France depuis le 11 mai, il envoie des messages d’encouragements aux paroissiens dont celui-là.

Dans l'incertitude de la reprise des activités paroissiales

Quand ?

A ce jour nous sommes toujours dans l’incertitude concernant les reprises de nos activités paroissiales. Quand reprendrons-nous le catéchisme?, Les baptêmes?, les mariages?, La profession de foi?, la première communion ? Y aura-t-il une fête de fin d’année ? Quand reprendront les messes ? Mystère.

Reprise des messes

Pour les messes, pas avant le 2 juin selon une première version d’Edouard Philippe devant l’Assemblée nationale. Puis une seconde version nous a dit que “peut-être” “probablement”, on “pourrait” “envisager” l'”hypothèse” “sans doute vraisemblable” même si “ce n’est qu’un projet encore bien vague” et “que rien n’est encore décidé” de pouvoir célébrer la Pentecôte… avec toutes les protections nécessaires, les gestes barrières… Une troisième version arrivera-t-elle bientôt ?

Prions pour nos dirigeants

Je ne jette la pierre à personne bien entendu et je préfère ma place à celle du Premier ministre ou les autres membres du Gouvernement. N’oublions pas de prier pour nos dirigeants, ceux qui les conseils et ceux qui vont devoir prendre les décisions lourdes de conséquences dans les prochains jours. Ils savent que les reproches vont tomber parce que leurs choix seront “trop ceci” ou “pas assez cela”. Parce qu’ils n’auront pas su prévoir peut-être l’imprévisible…

Nous allons refaire notre première communion !

Entrer dans la patience et non pas dans des attitudes d’enfants gâtés comme j’ai pu le lire ou l’entendre parce qu’ils n’ont pas “leur” messe. Je pense que le monde attend plus que cette attitude puérile et spontanée des Chrétiens aujourd’hui.
Nous portons tous et une attente, une soif qui nous fera tous retrouver le chemin de la table de l’Eucharistie avec encore plus de bonheur. Dans quelques temps nous referons tous notre première communion…

main par Jackson David de Pixabay

L’Église porte les souffrances du monde

L’Église est dans le monde. L’Église porte les souffrances du monde avec tous. Et quand le monde est affecté par le Coronavirus ou autres drames humaines, l’Église en est elle aussi affectée. Le concile Vatican II avait une belle phrase sur ce point qu’il nous faut sans cesse méditer :

“Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ, et il n’est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans leur cœur. Leur communauté, en effet, s’édifie avec des hommes, rassemblés dans le Christ, conduits par l’Esprit Saint dans leur marche vers le Royaume du Père, et porteurs d’un message de salut qu’il faut proposer à tous. La communauté des chrétiens se reconnaît donc réellement et intimement solidaire du genre humain et de son histoire.” Gaudium & Spes n°1 (1965)

L’attitude de Marie

L’attitude des Chrétiens

Je pense que l’attitude des Chrétiens doit être au contraire dans l’acceptation des risques inhérents à la vie car nous savons en qui nous avons mis notre confiance (2 Tm 1,12) : dans le Christ. Seul celui qui est en vie peut prendre le risque de la vie. Nous sommes « le sel de la terre » (Mt 5,13). Sachons relever (le goût d’) une société souvent fade et sans relief…

Notre société du “sans-risque”, du “principe de précaution”, de “l’assurance vacances en cas de non-chute de neige”, nous étouffe dans nos initiatives. Depuis des années nous le savons, nous en prenons conscience. Et malgré tout une part de la jeunesse continue à prendre des risques inconsidérés… peut-être simplement pour se sentir en vie car notre époque ne les fait pas (ou déjà plus) rêver.

Oserions-nous aujourd’hui faire ce que trois hommes ont fait en allant sur la lune il y a presque 51 ans ? Sans doute pas « trop risqué”, « on ne sait jamais », « ils pourraient y laisser leur peau… ».

Notre vie aura une fin

En refusant intellectuellement la mort (qui reste une profonde injustice) nous avons oublié que notre vie est finie. Que nous ne sommes que des mortels et que nos ancêtres de la préhistoire ou même plus récent, n’ayant pas Carrefour drive à l’époque, pouvaient se faire engloutir par un lynx ou encorner par un mammouth en allant faire leurs courses. Nos risques ont bien diminué et aujourd’hui le seul risque en course est de se coincer les doigts dans l’armoire réfrigérée en prenant sa barquette de carottes râpées.

Savons-nous encore accepter les risques de l’existence sans devenir irresponsable ?

Comme Marie

Bref, nous sommes appelés à vivre en cette période de l’Histoire avec cette attitude de Marie :

Contemplative & raisonnée,

Active mais jamais désemparée,

Prenant l’initiative mais laissant toujours au Seigneur la première place.

Notre Dame de la Garde Marseille par DEZALB de Pixabay

Vivant dans la confiance en Dieu qui depuis les origines du monde n’a jamais abandonné son peuple.

Je voudrais vous laisser avec une belle phrase de sainte Thérèse de Lisieux, certains ont pu mieux la connaître à travers la belle émission « Secrets d’Histoire » diffusée le 4 mai :

« Il faut toujours prier comme si l’action était inutile et agir comme si la prière était insuffisante ».

Xavier Séclier fc, le 7 mai 2020

Les vidéos du CFRT.TV

A travers une sélection des plus belles œuvres d’art, ce documentaire nous permet de comprendre l’évolution de la figure de la Vierge dans l’art.

L’une est une religieuse catholique, l’autre une laïque protestante, à l’occasion d’une retraite à l’Abbaye de la Pierre-qui-Vire en Bourgogne, elles questionnent les préjugés qui divisent, notamment sur la vieille querelle qui empêche le dialogue entre catholiques et protestants depuis des siècles : la place de Marie.

J’ai envie de vous dire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Je commente sur FaceBook

X