Les échos du Comité international 2016

Comité international 2016

Les échos du Comité international
Tous animés par le même Esprit

Du 13 au 20 janvier 2016 – 12 pays et 4 continents

 

Le Comité international s’achève au bout d’une semaine de travaux, d’échanges et de prière. Les Fils de la Charité forment une famille animée par le même Esprit. Jean Guellerin, responsable de France, récapitule les découvertes, les convictions et les appels reçus par chacun.

 

Depuis presque 100 ans

Comité international 2016

© Jean Guellerin fc

Quelle chance, presque 100 ans après la fondation de notre Institut religieux, de se retrouver à nouveau pour partager la vie des Fils de la Charité au service des quartiers populaires de douze pays différents (*). Joie de l’Evangile partagé, joie d’échanger avec des frères des autres continents, de prier ensemble, de nous stimuler malgré nos différences de culture mais dans un respect très grand.

Il en a fallu du temps pour en arriver là ! Notre famille religieuse est née en France dans le nord de Paris et dans la proche banlieue. C’est au fil des années que le charisme de notre fondateur le père Anizan a séduit les foules d’aujourd’hui, a suscité de nouveaux religieux au sein de ces nouveaux pays. La France, berceau de notre fondation, est devenue un pays comme les autres où les Fils de la Charité sont présents. Partout nos communautés religieuses de prêtres sont fragiles et tant mieux ! C’est à travers nos fragilités assumées que Dieu peut exprimer son amour pour les petits si nous lui laissons la place.

Nous sommes heureux de voir l’esprit d’initiative dont les Fils font preuve dans les différents pays, mais plus encore de contempler les merveilles que Dieu accomplit dans la vie de tant de personnes et bien souvent parmi les plus pauvres. Ce sont ces gens en fragilité qui nous enseignent la joie de l’Evangile.

Comité international 2016

© Jean Guellerin fc

Etre de bons pasteurs

N’allons pas croire que tout est merveilleux. Ensemble nous avons mis le doigt sur des faiblesses qu’il nous faut corriger. Les hommes et les femmes de nos quartiers attendent de nous que nous soyons de vrais religieux, passionnés de Dieu, passionnés par l’amour des foules, attentifs à la vie des frères qui vivent avec nous. Dans ce domaine nous mesurons que dans bien des endroits nous avons des progrès à faire. C’est dans la mesure où notre vie religieuse fraternelle est vécue de façon authentique que nous devenons les “bons pasteurs” que le peuple attend.

Comité international 2016

© Jean Guellerin fc

Provoqués, nous le sommes aussi. Dans quelques pays dont la France, les vocations sont trop rares alors que notre vocation est magnifique et si utile au service des populations si souvent à la marge de nos sociétés. Etre de vraies communautés religieuses avec le “Mal de Dieu”, le “Mal du Peuple”, prêts à tout donner pour témoigner que Dieu nous aime, voilà qui peut combler le cœur des futurs religieux et pasteurs. Prier pour les vocations, avoir l’audace d’appeler et d’accompagner des jeunes sur ce chemin, mais surtout le vivre ensemble avec enthousiasme.

L’Esprit nous conduit

Nous repartons dans nos pays, le cœur encore chaud de ce que nous avons vécu avec les frères représentants les douze pays, fidèles à la vocation que nous a donnée le père Anizan, animés de l’intérieur par l’Esprit qui nous conduit. Il ne reste plus qu’à mettre en œuvre ce que nous avons dit. Chiche !

Jean Guellerin fc, responsable de la Branche française

Comité international 2016

© Laurence Jude

(*) Mexique, Colombie, Brésil, Québec, Congo, Côte d’Ivoire, République Démocratique du Congo, Philippines, Portugal, Italie, Espagne, France.

 

Et aussi

Commentaires

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X