23 sept. 1970-2020 : voilà 50 ans que Gaston Courtois s’en est allé

Gaston Courtois, Fils de la Charité, fondateur des Editions Fleurus

50 ans jour pour jour après le décès du père Gaston Courtois, nous avons voulu nous souvenir de ce Fils de la Charité hors du commun. Une journée de commémoration a été organisée à l’initiative de Pierre Tritz, vicaire général de la Congrégation, le 23 septembre 2020.

Un anniversaire avec des organismes fondés par le père Courtois

Des représentants de l’Action Catholique des Enfants (ACE), toujours appelée le mouvement des Cœurs Vaillants et Âmes Vaillantes dans de nombreux pays, du Bureau International Catholique de l’Enfance (BICE), du Mouvement International de l’Apostolat des Enfants (MIDADE) et de la revue Panorama, tous créés par le Père Courtois. Ils sont venus rendre hommage à leur fondateur à la maison-mère des Fils de la Charité, à Issy-les-Moulineaux. La présidente du fonds de dotation CVAV, ainsi que la fille et le gendre de Robert Rigot, dessinateur pour les revues du mouvement Cœurs Vaillants-Âmes Vaillantes et des éditions Fleurus, ont également répondu présent le 23 septembre 2020.

23 septembre 1970-2020 50 ème anniversaire du décès de Gaston Courtois © Florence Krasowski

De l’importance de faire mémoire

La journée de commémoration a débuté par une messe du souvenir présidée par Emmanuel Say, supérieur général des Fils de la Charité, et co-célébrée par Aurélien de Boussiers, aumônier national de l’ACE et Pierre Tritz. Emmanuel Say a rappelé l’importance de se souvenir des amis et de l’équipe de Gaston Courtois qui se sont mobilisés pour vivifier l’Eglise en son temps. Célébrer le 50e anniversaire de la mort du père Courtois donne l’occasion de se rappeler sa vie de Fils de la Charité et ses inventivités apostoliques et missionnaires.

23 septembre 1970-2020 50 ème anniversaire du décès de Gaston Courtois © Emilie Papaix

Les ressorts de la vocation et de l’action de Gaston Courtois

Durant la célébration, Emmanuel Say s’est appuyé sur un texte du Père Courtois intitulé « Pourquoi et comment je suis devenu Fils de la Charité ». Les éléments qui ressortent de ce témoignage sont la passion de Gaston Courtois pour le peuple, sa passion pour Dieu, et son désir de se tenir tout près de la source.
Alors qu’il aurait pu être prêtre diocésain, le Père Courtois a choisi d’être religieux et de servir le monde populaire au sein de la paroisse, toujours habité par un souci de rénovation. Dans la personne et les intuitions du Père Anizan, fondateur des Fils de la Charité, il a reçu la confirmation de ses aspirations. Il a côtoyé le Père Anizan pendant 10 ans ce qui a orienté l’apostolat de toute sa vie.
Nous devons, nous aussi, retourner à la source pour trouver les forces et la créativité missionnaire, et porter le remède aux cœurs brisés et aux esprits abattus.

23 septembre 1970-2020 50 ème anniversaire du décès de Gaston Courtois © Emilie Papaix

Et pour notre temps ?

A la fin de la célébration, chaque invité s’est adressé à Dieu. En suivant l’esprit du Père Courtois, les prières ont été pour les enfants d’ici et d’ailleurs, ainsi que pour les journalistes des revues chrétiennes. L’importance de retourner aux racines pour mieux avancer a été soulignée. Il a également été demandé à Gaston Courtois, qui a fait tant de choses de son vivant, de continuer à veiller sur notre terre en ce temps de pandémie.

Une sélection de documents originaux

Après la messe du souvenir et un déjeuner festif, les participants se sont retrouvés pour une exposition de documents d’archives du Père Courtois, sélectionnés par Emilie Papaix, archiviste des Fils de la Charité. Chacun a pu notamment voir des photos, textes manuscrits dont une pièce de théâtre intitulée « La Charité » et des ouvrages. Des chants des Cœurs Vaillants-Âmes Vaillantes ont également été diffusés.
Nous avons apprécié (re)décourvrir sa jeunesse, son passé militaire, le religieux-prêtre au service de l’Eglise universelle, le fondateur de mouvements et d’organismes en faveur des enfants et de l’éducation, l’homme-éditeur, journaliste et écrivain.
Nous avons vécu quelques heures bienfaisantes grâce à l’intuition et l’initiative de personnalités généreuses et passionnées de Dieu comme l’ont été les Pères Anizan et Courtois.

Florence Krasowski et Emilie Papaix

Une exposition sur les revues Cœurs Vaillants et Âmes vaillantes

Dans le cadre des Journées européennes du patrimoine 2020, le Centre national des archives de l’Eglise de France était ouvert pour la première fois au public. Une exposition avait été préparée pour l’occasion, sur les Cent ans de la Conférence des évêques de France ainsi que la possibilité de voir les premiers numéros de la revue Cœurs Vaillants et Âmes vaillantes.

J’ai envie de vous dire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Je commente sur FaceBook

X