Bandeau de la Vie Consacrée

Vie Consacrée : témoignage de Philippe


Le triple idéal

Témoignage de Philippe Bradel fc

Philippe Bradel fc

Le Père Philippe a fait profession religieuse chez les Fils de la Charité le 18 septembre 1958. Actuellement retraité, il reste solidaire du monde ouvrier par divers engagements. Il exprime toujours ses talents d’aquarelliste. 

A 16-17 ans, j’ai découvert Dieu comme présent dans les deux sens du mot , il m’accompagne de son regard plein d’amour ; il se donne à moi comme un présent, comme un cadeau, source d’une joie indescriptible qui ne m’a pas quitté depuis. C’est en lisant le « triple idéal » de J.E.  Anizan que j’ai trouvé comment répondre à cet amour : être religieux pasteur pour le monde populaire et le monde ouvrier. Que devient cette vocation de Fils de la Charité à 84 ans ?

La sainteté

Je reçois par mon baptême un moyen de participer à la sainteté de Dieu par le Christ ; ce n’est pas une perfection toute faite, mais un chemin, une façon d’être qui permet non d’être parfait mais de m’efforcer d’être témoin de la miséricorde de Dieu ; La sainteté, je la vis dans le fait de durer au milieu des difficultés en gardant un optimisme dans les difficultés. Le chemin de sainteté est intimement lié à la rencontre des autres : ce sont les personnes rencontrées et souvent les plus pauvres qui me rapprochent de Jésus et de l’évangile.

Mon union à Dieu à Jésus reste le moteur de ma vie et la source de ma joie entretenue par la prière, l’eucharistie, la révision de vie en équipe : elle est reliée à mon union avec le peuple, je garde présent à l’esprit la parole d’Anizan pour exprimer son amour passionné pour Dieu et pour le peuple “le mal de Dieu et le mal du ministère du peuple”.

L’apostolat

Lorsque des enfants, des jeunes, des adultes découvrent Jésus Christ et l’Evangile, avec eux je partage leur joie : en particulier à la J.O.C. j’ai vu des jeunes ados grandir en même temps humainement et spirituellement. De même, en ACO, au catéchuménat des adultes, j’ai pu me réjouir de voir des hommes, des femmes parfois au cœur même de leurs difficultés découvrir un appel de Dieu et grandir dans la foi .

Dans ma vie de prêtre Ouvrier et l’action syndicale, dans l’engagement de solidarité pour la Palestine je suis dans l’admiration de voir des militants se donner pour le bien des autres. Les liens qui se sont construits dans la vie militante sont devenus des liens d’amitié : je découvre des gens qui sont loin de la foi chrétienne. Ils sont animés d’un sens profond de la justice, ensemble, nous nous découvrons animés par un même souci d’humanité pour la classe ouvrière, les pauvres, les sans papiers, les chômeurs. le choix que j’ai fait de rester engagé avec eux m’épanouis et me rend heureux

L’évangélisation des pauvres

La ville de Villeneuve-saint-Georges est la commune la plus pauvre du diocèse : la population est un mélange de peuples de multiples origines un grand nombre d’immigrés sans papier, de chômeurs…Dans la vie du quartier, en faisant mes courses, dans les transports en commun dans les différentes réunions c’est ce peuple que je rencontre et dans lequel je suis enraciné. Des hommes et des femmes de toutes origines découvrent que les injustices ne sont pas une fatalité mais une invitation à se regrouper et à vivre la solidarité.

En les aimant j’essaie de leur montrer que leur vie, leurs espoirs et leurs difficultés ne sont pas étrangers à ma façon d’être et de vivre : un prêtre qui s’intéresse à eux, c’est une façon de leur dire qu’ils ont de l’importance aux yeux de l’Eglise et donc de Dieu auquel je crois.

Philippe Bradel fc

Ouvrage publié

  • Prier 15 jours avec Jean-Emile Anizan, fondateur des Fils de la Charité,  Nouvelle Cité, 2003, 128 pages

 

Lire d’autres témoignages : cliquez ici

Commentaires


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *