bougies pour clip-video Actualités

Fête de la Chandeleur et de la Vie Consacrée, à Bondy (93), le 2 février 2017


Fête de la Chandeleur et de la Vie Consacrée
à Bondy (93), le 2 février 2017

Quarante jours après Noël, nous célébrons la fête de la Présentation de Jésus au temple, Jésus lumière pour le monde, la fête de la Chandeleur. Depuis 1997, le 2 février est aussi la “Journée de la Vie Consacrée” choisie par le pape Jean-Paul II. Gilbert Julien fc a témoigné de sa consécration au Seigneur lors de la soirée festive du diocèse de Saint-Denis.

Témoignage de Gilbert sur sa vocation

Une vocation à “sortir de chez soi”

Tout religieux ou consacré est un missionnaire. La vocation missionnaire, c’est un départ… une “sortie” de chez soi pour aller vers les autres ou vers un “pays étranger”. En conséquence, il y a un déracinement : on quitte sa famille, son milieu, sa culture, c’est-à-dire certaines façons de vivre, de sentir, de réagir… comme dit le père Anizan notre Fondateur, c’est

Portrait de Gilbert Julien fc

© Gilbert Julien fc

à nous de nous adapter au peuple. C’est dans cette perspective que je vis ma vocation comme Fils de la Charité, aller à la rencontre des autres. Rencontrer l’autre dans sa différence, une différence qui ne vient pas seulement du caractère de la personne ou de son histoire individuelle, mais de la façon de sentir, de réagir et de s’exprimer du groupe auquel cette personne appartient.

Apprendre à apprécier une autre culture

Au début surtout, ces différences culturelles sont comme des barrières qui gênent notre manière de dialoguer et même d’évangéliser. Pour moi vivre dans une culture autre que la mienne n’était pas si évident, mais peu à peu je me familiarise avec la culture française, dont j’avais déjà une idée car Haïti était une ancienne colonie française. J’apprendre à l’apprécier, mais cela demande du temps, beaucoup de temps…

Je ne suis pas à mon compte

Enfin, comme missionnaire. Je ne suis pas un explorateur qui s’embarque, à son compte, dans une aventure personnelle. Je suis un serviteur de la Mission qui a été confiée à la Congrégation des Fils de la Charité dans un diocèse qui fait partie de l’Eglise universelle. D’ailleurs, je suis au service du diocèse de Saint Denis avec mes frères en communauté.

En ce qui concerne le don de soi au troupeau confié, nous pouvons regarder la figure du Bon Pasteur dans l’Evangile de Jésus Christ selon Saint Jean (Jn 10) qui est un texte clef pour nous les Fils de la Charité. La charité pastorale détermine notre façon de penser et d’agir, notre mode de relation avec les gens. C’est particulièrement une exigence pour nous. Car le peuple sent quand son pasteur l’aime. C’est pour cela que notre objectif n’est autre que d’ apprendre à aimer les personnes que nous rencontrons, comme le Christ, en les servant.

Gilbert Julien fc, religieux dans la Communauté de Saint Ouen.

Sur le même thème

Et aussi:

Commentaires


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *