Livret sur la place de Marie vue par Michel Bailly fc, Fraternité Anizan

En ce mois de mai, par les mains de Marie


En ce mois de mai, par les mains de Marie

En ce mois de mai, nous voulons parler de la place de Marie vue par Michel Bailly fc (décédé le 27 octobre 2015). En effet, la Fraternité Anizan, dont il était l’accompagnateur, a publié un livret avec l’intégralité des textes de la retraite spirituelle de mai 2015,  dont voici un aperçu.

Songeuse jeune fille, pastel de Michel Bailly fc

© Michel Bailly fc

1. Le regard d’humilité de Dieu sur Marie

Dieu porte son regard sur une jeune fille ordinaire qui n’a rien demandé. L’événement c’est Dieu qui le crée.

L’humilité du regard de Dieu est sur Marie. C’est l’attitude de l’ange qui est révélatrice de l’attitude de Dieu dans l’événement de cette Annonciation (Luc 1,26-38). L’humilité est le langage de Dieu et des gens simples de Yahvé.

Le Signe qui ne trompe pas dans la vie des gens simples et humbles, c’est la joie qui jaillit du coeur et irradie toute la personne ! La joie de Dieu est contagieuse (La Visitation Luc 1,39-56)

L’humilité est féconde. Et dans la suite des temps “le Verbe se fait chair” dans la complicité amoureuse de Dieu et de l’Homme en la personne de la jeune femme en Galilée. L’Esprit Saint est à l’oeuvre dans la vie de Marie.  Elle va découvrir comme toutes les mamans du monde l’enfant qu’elle porte.

2. L’Esprit et Marie pour le temps de l’Eglise !

Visage de Marie, pastel de Michel Bailly fc

© Michel Bailly fc

Le dévoilement de l’oeuvre de l’Esprit donne sens à la vie de Marie, éclaire sa route. La vie de Marie ne sera plus la même. Elle aime selon l’Esprit, elle va et vient avec l’Esprit – elle baigne en Dieu- elle se donne aux siens et à son peuple avec l’Esprit.

Elle est comme toutes les mamans au milieu des autres (Qui est ma Mère ? Marc 3,31-35). Pourtant elle se sait la favorisée de Dieu. Animée de l’Esprit de son Fils, elle se fait l’un de nous, soucieuse en humble servante de ne pas comprendre la tâche de son Fils (La fugue de Jésus Luc 3,41-52).

L’Esprit pousse Marie à provoquer Jésus c’est sa façon à elle d’accueillir la demande des jeunes mariés pour que la fête soit belle (Les Noces de Cana Jean 2,1-12).

Marie est au pied de la croix (Jean 19,25-27), c’est à ce moment crucial – à l’Heure de son passage au Père, de sa Résurrection et de sa manifestation dans la gloire et de notre salut- que Jésus du haut de la Croix dit à Marie : “Voici ton fils” et à Jean “voici ta mère”. C’est ainsi que la communauté chrétienne dans sa tradition comprendra la place de Marie : la croyante et servante parfaite, icône de l’Eglise dans sa réalisation accomplie.

Marie tendresse des pauvres et notre mère, ouvre les coeurs à la connaissance et à la Bonté de son Fils qui sauve. Elle a quelque chose de l’Esprit qui nous conseille et du coeur de Dieu qui nous aime!

Femme à l'écoute, , pastel de Michel Bailly fc

© Michel Bailly fc

3. Le Père Anizan, par les mains de Marie

“Toutes les grâces nous sont venues par les mains de Marie” père Anizan (le fondateur des Fils de la Charité). L’esprit et Marie sont très liés dans le coeur du p. Anizan.

Comment Marie a-t-elle pris place dans la vie de Jean-Emile Anizan? Il en parle dans ses notes de retraite en 1911 à Lourdes : “C’est une dévotion que Dieu m’a inspirée dès l’enfance. Aussi loin que mes souvenirs remontent, je la trouve. Cette dévotion s’est accusée avec l’âge. Evidemment, Dieu la voulait voir en moi. Elle m’a fait d’ailleurs tant de bien que je serais bien ingrat et bien déraisonnable de ne pas travailler à la développer en moi”.

C’est la façon de dire du mystique, de vouloir conformer son amour pour la Vierge Marie de la façon la plus parfaite en vue d’aimer Jésus son Fils comme Elle l’a aimé.

Un an avant sa mort, le Père Anizan écrit une circulaire sur “Notre Mère”. Il y écrit “Nous sommes pleins de reconnaissance. Une grande litanie de remerciements et de reconnaissance qui va jusqu’à la désigner comme supérieure générale de l’Institut des Fils”.

Michel Bailly fc

Livret sur la place de Marie vue par Michel Bailly fc, Fraternité Anizan

© Fraternité Anizan

Un livret en hommage

Du 14 au 17 mai 2015, Michel Bailly fc, Accompagnateur de la Fraternité Anizan de France, vit, avec nous, le dernier temps fort de sa vie terrestre. Nous avons voulu le remercier – lui rendre hommage – grâce à lui, nous avons approfondi la spiritualité du Père Anizan. Ce beau témoignage est pour tous. Dans un langage clair, Michel nous aide à réfléchir à la place de Marie dans notre vie.

Ce livret, illustré de fusains et de pastels de Michel Bailly fc est disponible sur demande moyennant une participation de 5 € plus frais d’envoi. Votre demande est à adresser à : Fraternité Anizan, 22 rue de l’Abbé Derry, 92130 Issy-les-Moulineaux. Vous pourrez aussi vous le procurer près des membres de la Fraternité Anizan.

Les remerciements des quatre présidentes de la Fraternité
lors des obsèques de Michel (le 3 novembre 2015)

Michel, Comment te dire MERCI ? Déjà, en l’écrivant en grosses lettres. Aujourd’hui, les quatre présidentes de la Fraternité Anizan se font les porte-paroles de tous les membres.

Tu étais là aux prémices de la Fraternité, en 1991 à Villeneuve-Saint-Georges, et c’est en 2000 que tu as été nommé Accompagnateur pour un an, l’année a duré quinze ans. Cela nous faisait rire car tu nous disais : “je n’ai jamais été reconduit dans ma tâche, mais je continue à porter les valises”. Dans ces valises il y avait les écrits d’Anizan, l’Evangile et aussi la Charte que tu nous aidé à rédiger, cette charte est aujourd’hui la colonne vertébrale de la Fraternité.

Les témoignages parlent de toi comme d’un père, un guide qui aime chacun, toujours attentif à nos situations personnelles en nous encourageant à vivre dans l’espérance. Tu veillais à ce que – de part notre Baptême – nous inscrivions dans notre vie l’amour de Dieu et l’engagement en monde populaire. Chacun, chacune de nous pourrait rappeler toutes ces petites phrases que tu nous disais quand l’un ou l’autre doutait de sa place : “Arrête de te poser des questions et fais confiance !”. Il y avait aussi tous ces moments de grande rigolade autour de la belote ! Ta vie transpirait la spiritualité du p. Anizan, tu aimais te le représenter avec beaucoup d’humour au point de le redessiner tant tu trouvais les représentations tristes.

Les 4 présidentes de la Fraternité Anizan, aux obsèques de Michel Bailly fc, novembre 2015

© Fraternité Anizan

Sans toi la Fraternité ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui, tu te projetais beaucoup dans l’avenir ! Quand tu t’arrêtais de penser, c’est que trois idées te venaient en même temps, il te fallait alors accepter d’aller à notre vitesse et tu le faisais volontiers dans le respect de ce que nous sommes.

Annie pourrait te dire le soutien qu’elle a reçu de toi quand la Fraternité a démarré, Jocelyne pourrait évoquer les heures de téléphone et d’écoute que tu lui as données, Hélène pourrait parler du temps que tu lui as consacré pour permettre au bulletin d’évoluer, je pourrais moi-même exprimer la force que tu nous as transmise au moment de relire notre histoire (point-rencontres) et pour mettre en place le relais-prière. Toutes quatre, nous pouvons témoigner de la proximité que chacune de nous a eue avec toi.

Logo de la Fraternité Anizan

© Fraternité Anizan

La Fraternité Anizan, ce n’est pas que nous, c’est bien sûr l’ensemble des 150 ami (e)s qui y ont adhéré, les mots qui reviennent sont ta proximité, ta simplicité, ta joie de vivre, ton optimisme, ta disponibilité. Tu savais écouter et en quelques mots, tu rassemblais ce que nous avions dit en glissant quelques questions qui nous ramenaient à la Charte, aux écrits d’Anizan, à l’Evangile et nous ouvraient des portes nouvelles.

En mai dernier, tu étais pourtant fatigué, mais tu as voulu venir avec nous à Verdun, une dernière fois. Cette retraite restera gravée dans nos cœurs, nous l’avons vécu comme un testament. Pendant que ta voix tremblait, tes yeux montraient ta force et ta grande confiance en Marie, ta “Maman du ciel, celle qui te prendra dans ses bras pour te porter à Jésus, son Fils”, à celui à qui tu as consacré ta vie. “Je ne peux pas séparer Jésus de sa mère: Marie, mère de Dieu”.

La Fraternité continue son chemin, Bernard Deshoulières fc a été nommé conseiller spirituel et tu nous as dit ta joie de sa nomination. Là encore, tu nous as encouragés : “L’œuvre est bonne, elle continuera”.

Pour toi, avec toi, nous ne pourrons plus prier, chanter notre Maman du ciel comme avant.

Annie Chaton, Jocelyne Alanice, Hélène Négrini et Marie-Juliette Gérard

Et aussi :

Commentaires


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *