Alexandra Bellamy ; Virginie Topcha ; Chantal Joly ; Vincent Neymon ; Marie Herrault, "Des lieux et des Hommes : Église en périphérie", Union des Associations diocésaines de France, Paris, 2016, 82 pages, 19 euros Actualités

Des lieux et des Hommes, Eglise en périphérie en 2016


Des lieux et des Hommes, Eglise en périphérie en 2016

Le 12 décembre 2016, nous étions au vernissage de l’exposition photos “Des lieux et des Hommes, Eglise en périphérie”. Un lien intéressant avec “L’Eglise en Périphérie, le rapport 2016” et l’analyse de ce que les Fils de la Charité vivent en France actuellement.

Des lieux et des Hommes

La photographe, Alexandra Bellamy, présentait 35 photos de ses rencontres auprès des Apprentis d’Auteuil à Meudon, à la Cité de l’Immaculé en Mayenne, au MRJC (Mouvement Rural de Jeunesse Chretienne) en Auvergne, dans une pension de famille en Mayenne, à la Chapelle Notre-Dame-de-la-Médaille-Miraculeuse à Paris, à la Ferme des épiés en Mayenne, à Saint-André-des-Marins dans le Nord, à l’Accueil du Secours Catholique, sur le parvis d’une église.

Cette exposition, à la Maison de la Conférence des évêques de France, est sous la présidence de Mgr Georges Pontier (archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France) et de Mgr Pascal Delannoy (évêque de Saint-Denis et Vice-président de la Conférence des évêques de France).

“L’Eglise qui est en France aujourd’hui vit en périphérie. elle rejoint, accompagne, témoigne, porte l’Evangile. Elle y a le visage des petits, des souffrants, des exclus” Mgr Pontier

Conférence des évêques de France, "L'Eglise en Périphérie, le rapport 2016", Publications CEF, Paris, 2016, 5 euros

© Conférence des évêques de France


L’Eglise vit en périphérie

La Conférence des évêque de France a publié un premier rapport sur “l’Eglise en Périphérie” articulé autour d’un sondage réalisé par Opinion way et d’une enquête sur le terrain.

Le rapport montre les attentes de français en 2016 vis-à-vis de l’Église d’une part et la diversité des publics que l’Eglise rejoint d’autre part. Il pointe aussi la nécessité d’une approche globalisée de l’individu et d’un décloisonnement des acteurs.

Les plus fragiles au cœur de la communauté chrétienne

Cela me fait penser à une conférence au Centre Sèvres intitulée “La solidarité, facteur de renouveau des paroisses ?” où Etienne Grieu, théologien Jésuite, avait convié des membres du réseau de fraternité de la paroisse de Poissy.

Etienne Grieu sj et Vincent Lascevesj , "Vers des paroisses plus fraternelles : les plus fragiles au cœur de la communauté chrétienne", Editions franciscaines, Paris, avril 2016, 9,50 euros

© Editions franciscaines

En écoutant témoigner ces chrétiens, entendant le récit de partenariat tissé avec les plus pauvres, je ne pouvais m’empêcher de penser à ce que nous vivons dans nos paroisses :

J’étais en action de grâce “merci Seigneur de nous avoir appelé, Fils de la Charité, à participer à ton œuvre de salut, puisque nous aussi par vocation, par charisme nous sommes solidaires des plus petits, engagés avec eux pour plus de justice, ambassadeurs de paix dans nos quartiers souvent marqués par les violences urbaines, sociales ou familiales. Quelle grâce avec ce renouveau spirituel de t’accueillir toi le Dieu qui vient, le Dieu qui se révèle comme prenant soin des plus faibles, ta manière d’être est celle d’un soignant, d’un soutien. Merci quand nous sommes tes bras, tes mains, tes jambes, merci de nous donner de porter ta parole et ainsi participer à ta révélation”.

Il y a là quelque chose d’extraordinaire dans le processus diaconal engagé dans l’Eglise de France. L’événement que fût Diaconia est une étape sur le chemin d’un renouvellement des communautés paroissiales : liturgies, témoignages et diaconies. Notre foi repose sur ce triptyque liturgia marturya et diaconia. Comme il est bon d’en vivre aujourd’hui et de mesurer petit à petit que des chrétiens de paroisses prennent aussi ce chemin, s’évangélisent en évangélisant par une solidarité, une proximité avec les pauvres. J’y vois là les prémisses d’un renouveau de la foi catholique dans notre pays, et probablement de la foi catholique dans tous les pays marqués par les processus de sécularisation, de mondialisation.

Car ce qui est en jeu, c’est la possibilité de dire Dieu, de manière crédible. Donner à ressentir que “Dieu c’est vrai”.

 

Jean-Michel Rapaud fc, responsable de France

Ouvrages

  • Alexandra Bellamy ; Virginie Topcha ; Chantal Joly ; Vincent Neymon ; Marie Herrault, “Des lieux et des Hommes : Église en périphérie”, Union des Associations diocésaines de France, Paris, 2016, 82 pages, 19 euros
  • Conférence des évêques de France, “L’Eglise en Périphérie, le rapport 2016”,  Publications CEF, Paris, 2016, 5 euros : cliquez ici
  • Etienne Grieu sj  et Vincent Lascevesj , “Vers des paroisses plus fraternelles : les plus fragiles au cœur de la communauté chrétienne”, Editions franciscaines, Paris, avril 2016, 9,50 euros : cliquez ici

Site internet

Et aussi

Commentaires


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *