Des bulles de BD Actualités

Ecrire des scénarios de BD


Ecrire des scénarios de Bandes Dessinées

Le prix international de la bande dessinée chrétienne 2014 a été décerné à l’album “Quelques écorces d’orange amère, une vie de Benoît Labre”. L’auteur, le père Christophe Hadevis, prépare le scénario d’une BD sur le Père Anizan à paraître pour le Centenaire de la Congrégation en 2018. Il se présente.

Couverture de la BD : Quelques écorces d'oranges amères, une vie de Benoît Labre

© Editions de l’Emmanuel

Jésus, quelqu’un de connu

Le Seigneur ne nous enlève rien, il le purifie. Je peux dire cela parce qu’aujourd’hui je suis prêtre et scénarise de BD’s. Je ne pensais pas que cela était possible. Mais Dieu nous permet d’évangéliser comme nous-mêmes nous avons été touchés par son message d’amour.

A l’âge de cinq ans, j’ai découvert un un petit livret coloré rapporté par mon père. Comme brocanteur, il l’avait trouvé dans un grenier lors d’un débarras. Et comme souvent dans les greniers, il y avait un trésor. Et ce trésor était ce petit livre. Il représentait la vie de Jésus. Je ne savais pas qui était Jésus. Mes parents avaient choisi de ne pas me faire baptiser à la naissance.
C’était la première fois que je voyais le Christ : un homme avec des trous dans les pieds et dans les mains avec un rond au-dessus de la tête. C’est en observant quelques semaines plus tard un crucifix accroché chez une voisine que j’ai compris que c’était quelqu’un de connu.

Enfant, je percevais une présence dans la forêt lorsque je m’y promenais en famille. La nature avait quelque chose « d’intelligent ». Cela ne venait pas du hasard, mais me parlait. Plus tard je compris cette phrase de saint Bernard : « Va dans la forêt, ce que tes maîtres ne peuvent t’apprendre, les arbres et les pierres te le diront. »
J’ai compris une chose simple : ce que je ressentais en forêt, cette présence était quelqu’un. Et en plus il était, « le chemin, la vérité et la vie ». Ce fut une révélation.

Les “Belles histoires et belles vies”

Mes parents m’ont laissé vivre ce chemin de foi et je suis allé au catéchisme. J’ai appris à connaître avec les amis de Jésus, les vies de saints en particuliers les « Belles histoires et belles vies », que Gaston Courtois écrivait avec souvent des dessins de Robert Rigot. Même si ce n’était pas des BD, elles m’offraient de découvrir la vie d’un ou d’une amie de Dieu et me touchaient.

La BD était déjà bien présente dans ma vie puisque, ma mère m’en offrait : des Tintin, Astérix, Lucky Luke, etc. J’ai grandi avec ces héros de papiers. J’ai toujours aimé les histoires, mais ce qui était le plus merveilleux de tout était l’histoire de Dieu avec les hommes, l’histoire Sainte. L’histoire de Dieu qui vient rejoindre les hommes pour se faire l’un d’eux et leur proposer d’être avec lui pour l’éternité.

Cette histoire m’a donné envie de me donner à Dieu pour le salut des hommes. Et le fait de lire les « Belles histoires et belles vies » me donnait encore plus envie en lisant le témoignage de la vie des saints de le faire. Donc merci à Gaston Courtois !

Je pense que j’ai reçu l’appel au sacerdoce par Marie et c’est en elle que Dieu s’est fait chair, qu’il s’est rendu visible à nos yeux. Rendre visible sur le papier ce que Dieu peut faire dans les vies des hommes est un biais par lequel Dieu m’a parlé avec ce petit livre illustré. C’est ainsi que j’ai aussi voulu parler du Christ et de ses amis les saints comme le Père Gaston Courtois.

Une image vaut mille mots

Couverture de la BD : Le 22e jour de la lune

© Editions de l’Emmanuel

Aujourd’hui, c’est dans une modeste mesure que j’essaie d’imiter les personnes qui, bien avant moi, ont annoncé le Christ par l’image. La BD, est un vecteur très fort, qui permet de transmettre beaucoup d’idées. Comme le disait Confucius : une image vaut mille mots.

Comme je suis prêtre, avant toute chose, j’imagine le scénario en fonction du dessinateur qui a accepté la collaboration autour d’un projet. C’est-à-dire que, souvent, la BD en construction est en premier lieu pour le dessinateur lui même, car je travaille souvent avec des artistes non-chrétiens. Le but pour moi est qu’ils soient touchés par le saint ou la sainte qu’il dessine. Comme ils vont le connaître au bout de leurs crayons pendant quelques mois, j’espère qu’une complicité va naître entre eux et pour le reste, je laisse le Seigneur faire.

Pour la grande majorité, ces artistes ont un cœur ouvert et acceptent de mettre leurs talents au service de l’histoire d’un homme ou d’une femme qui a donné sa vie. L’objet d’une BD peut aussi être la pensée de tel ou tel saint.

Pour la première bande dessinée parue en 2010, qui raconte l’histoire de saint Just de Bretenières, martyr en Corée, j’ai demandé à Juliette Derenne qui a accepté de dessiner la vie de ce missionnaire même si elle m’a dit ne pas avoir la foi.
Pour Benoît Labre, c’est plutôt lui qui a choisi son dessinateur. Juliette m’avait parlé de Tatiana Domas et Erwan le Saëc. J’ai réfléchi a un saint qui pourrait être proche d’Erwan. Les artistes de BD n’ont pas forcément l’habitude de travailler avec des prêtres mais Pour la grande majorité, ils ont un cœur ouvert et acceptent de mettre leurs talents au service de l’histoire d’un homme ou d’une femme qui a donné sa vie.

Lorsque Xavier Séclier fc m’a contacté pour écrire le scénario d’une BD sur le Père Anizan, j’ai été surpris. Mais lorsque j’ai réalisé qu’il était le fondateur des Fils de la Charité, j’ai reçu comme un appel du haut du ciel de la part du Père Gaston Courtois, qui me disait avec un clin d’œil : « Tu me dois bien ça ! »

Père Christophe Hadevis, Communauté de l’Emmanuel

 

Extrait de Chantiers n°186 – juin 2015 – “Au plaisir de lire !”

Couverture de la revue chantiers de juin 2015

© Fils de la Charité

S’abonner

Abonnement à chantiers

Nous vous remercions d'envoyer un chèque de 6 euros par numéro demandé (à l'ordre de chantiers des Fils de la Charité) , à l'adresse suivante : 22 rue de l'abbé Derry 92130 Issy-les-Moulineaux.

Pour un règlement par chèque (à l'ordre de "chantiers des Fils de la Charité"), merci de l'envoyer à Chantiers 22 rue de l'abbé Derry 92130 Issy-les-Moulineaux.

Envoyer votre chèque à Chantiers Fils 22, rue de l’Abbé Derry 92130 Issy-les-Moulineaux
Parcourir...
S'il vous plaît patienter ...

Lire aussi :

Commentaires


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *