Actualités

L’accueil des immigrés en France : notre regard a changé sur l’autre


 L’accueil des immigrés en France : notre regard a changé sur l’autre

Entre le discours général sur les migrants et la rencontre des visages sur le terrain, il y a une grande différence. De solides amitiés se tissent, des chaînes de solidarité émergent, une communauté chrétienne répond présent. Jacques Michon fc s’en fait l’écho.

Dans notre Secteur Pastoral de l’Ouest de Troyes, des chrétiennes et des chrétiens ont su accueillir et continuent d’accueillir des immigrés. En voici deux témoignages :

L’accueil des immigrés

L’an dernier, Anne, engagée dans une Association humanitaire, visite deux hôtels réquisitionnés pour des familles réfugiées. Elle fait la connaissance d’un certain nombre de ces personnes. Malgré la difficulté de la langue, naît une réelle confiance.

Un jour, plusieurs personnes, des Albanaises, n’hésitent pas à lui montrer qu’elles portent sur elles des croix. Des chrétiennes ! Anne en est toute bouleversée. Membre de l’équipe pastorale de sa paroisse, voisine de La Chapelle St-Luc, elle en parle et l’équipe se met à réfléchir :

“Que va-t’on faire ? Comment en sensibiliser d’autres dans la communauté chrétienne ?”

Un premier covoiturage s’est organisé pour aller chercher des familles demandeuses pour des messes du dimanche. L’équipe pastorale enthousiaste est décidée à aller plus loin.

Aller plus loin

Gare Montparnasse à Paris

© Florence Sanyas

Sensibiliser autour du parcours des migrants

Est organisée lors d’un “Dimanche autrement” appelé “pour un Noël autrement”, une rencontre enfants et adultes avec des animateurs pour sensibiliser et échanger autour du parcours des migrants, afin d’expliquer les réalités de ces personnes à notre porte. Forte présence de la communauté. Nous découvrons ce que beaucoup ignoraient : les hôtels étaient excentrés.

Prier en plusieurs langues

Pour Noël, fut organisé tout un covoiturage, la solidarité s’est mise rapidement en route. Vingt-six enfants et adultes se sont donc joints à notre communauté dans une grande gaieté.

L'esprit de Noël, cadre

© Florence Sanyas

Deux mamans ont préparé des intentions de prière universelle dans leur langue et traduite pour l’assemblée. La prière du Notre Père a été successivement priée en albanais, arménien et français : atmosphère très recueillie et émouvante de fraternité vécue dans ce temps de Noël. À la fin de la messe, un vin chaud était servi au fond de notre petite église. De nombreux échanges, des partages avec des sourires, des “merci” pour cette parenthèse d’accueil chaleureux pour toutes ces personnes migrantes… Des liens ont commencé à se nouer avec des idées pour se retrouver par exemple pour la galette des rois.

“Nous avons trouvé une autre famille”

Certains migrants ont souhaité nous faire goûter des gâteaux de leur pays. Plus tard, le repas de l’ensemble paroissial fut aussi un événement de fête pour tous, partage du repas, chants et jeux… “Nous avons trouvé une autre famille” nous ont-ils dit.

C’est le même plaisir pour les membres de notre communauté d’avoir des nouvelles de chacun, d’être proches et de briser l’enfermement et l’isolement des personnes migrantes dans leur hébergement actuel.

Une route fraternelle

Aide à la lecture, chantiers p 3, décembre 2016

© Jean Guellerin fc

Notre regard a changé sur l’autre, de part et d’autre, et nous avançons ainsi avec des petits pas sur cette route fraternelle ; chacun donne ce qu’il peut : du lien, un peu de temps, des aides aux transports, aide aux devoirs des enfants.

A ce jour (en novembre 2016), beaucoup de ces personnes ont changé de lieu d’hébergement. Des relations continuent, une chaîne de solidarité s’est ancrée.

“Il suffit d’oser demander et cela fonctionne simplement”, nous a confié Anne.

A la Chapelle St-Luc, nous avons fait connaissance, un dimanche, avec toute une famille de Kosovars : parents et enfants, logés au CADA, à proximité. Pendant plusieurs mois, ils ont fait vraiment partie de notre communauté. Un soir, dans une veillée de prières, ils ont donné leur témoignage et dit leur joie d’avoir été si bien accueillis. Depuis ils ont trouvé un logement dans une autre commune de la banlieue de Troyes. Très bien accueillis aussi par la communauté chrétienne, deux des enfants sont devenus servants d’autel et le curé a appelé le papa à faire partie de l’équipe pastorale maintenant qu’il parle un peu le français.

Jacques Michon fc, Fils de la Charité à La Chapelle Saint Luc

Extrait de Chantiers n°192 – décembre 2016 – “Servir en politique”

Couverture de la revue chantiers décembre 2016 : servir en politique

© Fils de la Charité

S’abonner

Abonnement à chantiers

Nous vous remercions d'envoyer un chèque de 6 euros par numéro demandé (à l'ordre de chantiers des Fils de la Charité) , à l'adresse suivante : 22 rue de l'abbé Derry 92130 Issy-les-Moulineaux.

Pour un règlement par chèque (à l'ordre de "chantiers des Fils de la Charité"), merci de l'envoyer à Chantiers 22 rue de l'abbé Derry 92130 Issy-les-Moulineaux.

Envoyer votre chèque à Chantiers Fils 22, rue de l’Abbé Derry 92130 Issy-les-Moulineaux
Parcourir...
S'il vous plaît patienter ...

Voir aussi

Commentaires


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *