"Le Père Jean-Emile Anizan" en BD, Gaston Courtois, Editions Fleurus, Illustrations de Robert Rigot, collection "Belles histoires et Belles vies" n°14 Actualités

En ce 1er mai, gloire à Jésus qui s’est fait ouvrier !


En ce 1er mai, gloire à Jésus qui s’est fait ouvrier !

Le père Anizan est décédé le 1er mai 1928, le jour de la fête du travail. Il a donné sa vie pour Jésus et les travailleurs, ses deux grands amours. En ce jour, écoutons-le parler de ceux qui travaillent de leurs mains.

 

"Le Père Jean-Emile Anizan" en BD, Gaston Courtois, Editions Fleurus, Illustrations de Robert Rigot, collection "Belles histoires et Belles vies" n°14

© Editions Fleurus

La révolution sociale

Vous savez ce que l’impiété ancienne, ce que le paganisme avait fait de l’ouvrier et du travail. L’ouvrier pour lui c’était l’esclave, c’est-à-dire l’objet de mépris, le paria de la société. Les philosophes eux-mêmes, les savants, les sages de ce temps considéraient l’ouvrier comme un être d’une nature inférieure, incapable de grandeur et de vertus, éternellement voué à la peine et à l’abjection, ils considéraient le travail des mains comme une honte…

L’impiété maîtresse du monde avait implanté ces idées barbares qui étaient devenues les idées communes, et sans une grande Révolution sociale, le sort du travailleur n’aurait fait que s’aggraver.

"Le Père Jean-Emile Anizan" en BD, Gaston Courtois, Editions Fleurus, Illustrations de Robert Rigot, collection "Belles histoires et Belles vies" n°14

© Editions Fleurus

Si le Christ avait été un glorieux Monarque…

Le Fils de Dieu lui se chargea de la faire cette révolution, la bonne, celle-là. On l’attendait partout, on le désirait, on croyait qu’il apparaîtrait dans le monde sous la figure d’un grand conquérant ou d’un Roi ou d’un savant philosophe, grand fut l’étonnement et le scandale du monde quand on le vit apparaître simple ouvrier, travailleur de ses mains, non pas ouvrier artiste, mais ouvrier ordinaire, ouvrier d’un des plus rudes, d’un des plus pénibles métiers.

"Le Père Jean-Emile Anizan" en BD, Gaston Courtois, Editions Fleurus, Illustrations de Robert Rigot, collection "Belles histoires et Belles vies" n°14

© Editions Fleurus

L’impiété et l’orgueil humains ne voulurent pas se faire à cette idée. Ah ! Si le Messie, si le Christ avait été un glorieux Monarque, un grand général, un brillant philosophe, ils auraient consenti à l’honorer à l’adorer peut être, mais s’incliner devant un ouvrier, devant une espèce d’esclave, jamais.

"Le Père Jean-Emile Anizan" en BD, Gaston Courtois, Editions Fleurus, Illustrations de Robert Rigot, collection "Belles histoires et Belles vies" n°14

© Editions Fleurus

Dieu sous la figure d’un ouvrier

Dès le moment où le Fils de Dieu apparut ouvrier, il suscita le mépris et la haine des rois, des pharisiens, des savants, des docteurs … Il mourut il fut crucifié, mais il n’en resta pas moins vrai que le Fils de Dieu avait été ouvrier, et que, quand le monde se convertirait, il verrait, il adorerait son Messie et son Dieu sous la figure d’un ouvrier…

Comprenez-vous, chers amis, la Révolution opérée par ce seul fait ? Ah ! On est porté à se demander quand a commencé ce mouvement de relèvement de l’ouvrier, si ancien quoiqu’on en dise, et bien plus avancé dans les siècles qui nous ont précédés. Il a commencé au jour ou le Fils de Dieu s’est fait ouvrier.

"Le Père Jean-Emile Anizan" en BD, Gaston Courtois, Editions Fleurus, Illustrations de Robert Rigot, collection "Belles histoires et Belles vies" n°14

© Editions Fleurus

Jésus, le modèle des travailleurs

Comment s’étonner que les apôtres se soient glorifiés de travailler de leurs mains, comment s’étonner que l’Eglise ait pris sous sa protection les ouvriers dans lesquels elle voyait l’image de son Dieu, comment s’étonner qu’elle ait travaillé à les grouper ensemble pour les rendre plus forts… ? Toute l’explication est dans Jésus ouvrier. C’est lui qui a changé les idées. Lui qui a inspiré ces institutions…

Oui, gloire à Jésus qui s’est fait ouvrier ! Mais il n’est pas seulement sa gloire, il est son protecteur, son modèle il sera sa récompense

Père Jean Emile Anizan,

+sermon à l’église de Charonne dans le 11ème à Paris, non daté

"Le Père Jean-Emile Anizan" en BD, Gaston Courtois, Editions Fleurus, Illustrations de Robert Rigot, collection "Belles histoires et Belles vies" n°14

© Editions Fleurus

"Le Père Jean-Emile Anizan" en BD, Gaston Courtois, Editions Fleurus, Illustrations de Robert Rigot, collection "Belles histoires et Belles vies" n°14

© Editions Fleurus

Photos : “Les Père Jean-Emile Anizan” en BD, Gaston Courtois, Editions Fleurus, Illustrations de Robert Rigot, collection “Belles histoires et Belles vies” n°14

Et aussi, à l’actualité:

Commentaires


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *